L’Intelligence Artificielle, un atout pour la cybersécurité ?

L’Intelligence Artificielle est aujourd’hui utilisée dans divers domaines. Dans l’industrie de la cybersécurité, elle pourrait bien apporter une autre preuve de son potentiel. Interrogé à ce propos, Dave Palmer, cofondateur de l’entreprise Darktrace, affirme que l’IA est la solution pour mieux contrer les attaques causées par les virus informatiques.

Selon Palmer, l’intelligence artificielle serait capable d’agir de manière plus rapide et efficace que les pare-feux et antivirus. En effet, là où le duo doit encore identifier la nature du problème avant de pouvoir passer à l’action, l’IA parvient à tout de suite détecter la menace et agir en conséquence.

Sécurité IA

Darktrace est parvenu à développer un algorithme qui aurait permis de détecter et repousser WannaCry, le virus responsable d’une cyberattaque mondiale le mois dernier.

Une solution plus efficace contre les rançongiciels

Les attaques informatiques sont aujourd’hui de plus en plus complexes. Dernièrement, il y eu WannaCry, une cyberattaque internationale qui a touché plusieurs entreprises, services publics et institutions à travers le monde. Pour lutter contre, Darktrace a développé un « anticorps » numérique, capable de neutraliser toute menace de manière intelligente et radicale. Il peut notamment empêcher la propagation du virus en coupant la connexion ou bien l’appareil corrompu.

Dave Palmer a expliqué que « Contrairement aux logiciels traditionnels qui défendent face à des attaques ciblées, notre logiciel apprend en continu ». Ce dernier est alors capable de « détecter les changements infimes […] qui peuvent être révélatrices de certaines cyber-attaques. »

Le cofondateur de Darktrace a confié que l’entreprise travaillait actuellement sur une version grand public de son antivirus innovant.

L’IA, une solution à double tranchant

Si l’IA représente la solution idéale pour contrer les logiciels malveillants, il se pourrait cependant qu’à l’avenir, elle devienne la source de menaces. Dave Palmer déclare qu’il faudra peut-être se méfier des assistants intelligents comme Alexa ou Google Assistant, mais aussi des téléviseurs connectés ou encore des capteurs. Les hackers pourraient en effet les transformer en mouchards et s’en servir à des fins malhonnêtes.

Dave Palmer a également soulevé un autre risque possible : l’IA pourrait également servir à créer « des virus dotés de fonctionnalités de machine learning » et donc plus vicieux et sournois. Ils seraient alors capables « [d’]analyser l’ensemble de [notre] correspondance, de [nos] emails à [nos] textos, et apprendre à se faire passer pour un collègue ou un ami. »

Ils pourraient alors tromper plus facilement leurs victimes en envoyant notamment des e-mails d’hameçonnage qui donne vraiment envie de consulter.

Mots-clés sécuritévirus