Twitter : 4 779 comptes liés au gouvernement Iranien ont été retirés du réseau social

Jeudi 13 juin, Twitter a annoncé avoir retiré de sa plateforme plusieurs milliers de comptes en rapport avec le gouvernement iranien. Dans un communiqué, le réseau social a précisé que ce sont près de 4 779 comptes qui ont été retirés dans le but de prévenir les fake news et le terrorisme.

Il a été dévoilé que parmi les 4 000 comptes retirés, Twitter avait repéré quatre faux comptes en lien avec l’Internet Research Agency ou IRA, une « usine à trolls » basée à Saint-Pétersbourg et qui a la réputation d’être vraiment très proche du gouvernement russe.

Il a également été annoncé que ces quatre faux comptes ont été supprimés et non simplement retirés, ainsi que 130 autres comptes, cette fois-ci liés à l’Espagne et au Venezuela.

Les tweets sont rendus publics

Les contenus des comptes Twitter retirés et supprimés ont été stockés dans une base de données qui le réseau social a décidé de rendre public en octobre 2018. Yoel Roth, le responsable de l’intégrité du site de Twitter, a expliqué la raison de cette décision dans un billet de blog.

« En rendant ces données ouvertes et accessibles, nous cherchons à donner aux chercheurs, aux journalistes, aux gouvernements et aux membres du public les moyens d’approfondir leur compréhension des problèmes critiques ayant une incidence sur l’intégrité de la conversation publique en ligne, en particulier autour des élections. »

Roth n’a cependant pas précisé comment Twitter a fait pour déterminer que tel ou tel compte est lié au gouvernement iranien, qui, de son côté, n’a pas tenu à s’exprimer sur le sujet.

Une histoire qui se répète

L’année dernière, Twitter a déjà été contraint de « faire le ménage » sur sa plateforme. Le réseau social avait en effet dû retirer 3 841 comptes qui étaient également liés à l’Internet Research Agency, plus 770 comptes en lien avec le gouvernement iranien qui avaient été carrément supprimés.

À cette époque, Twitter avait justifié son geste en arguant que ces comptes avaient été utilisés dans le cadre de campagnes de désinformation notamment pour saboter la campagne présidentielle de 2016.

Le réseau social avait également rendu publique la base de données contenant les 10 millions de tweets provenant de ces comptes retirés et supprimés. Les archives contiennent non seulement des tweets, mais également des images, des vidéos ainsi que des diffusions en direct.

Mots-clés twitter