Twitter : la photo d’un pénis a été publiée sur le compte d’un sénateur

Joël Guerriau fait beaucoup parler de lui depuis le début de la semaine, mais pas pour les meilleures raisons du monde. La photo d’un pénis a en effet été publiée sur son compte Twitter. L’élu évoque le piratage de son compte. Une collaboratrice fait pour sa part allusion à un « acte malveillant » de la part d’un membre de son entourage. Une plainte a été déposée.

Joël Guerriau occupe actuellement le poste de Maire de Saint-Sébastien-sur-Loire, une commune de 25 000 habitants située non loin de Nantes, dans le département de la Loire-Atlantique.

Banana

Ceci est une banane.

Il est à ce poste depuis le milieu des années 90. En parallèle, il a également été élu Conseiller Général de la Loire-Atlantique en 1996, un mandat renouvelé en 2001 puis en 2008.

Joël Guerriau évoque un piratage

Centriste convaincu, il est un des membres fondateurs de l’Union des Démocrates et Indépendants.

Joël Guerriau a travaillé pendant plusieurs années dans le secteur bancaire et il a reçu de nombreuses distinctions tout au long de sa carrière. Il est notamment détenteur d’un doctorat en sciences économiques et il a reçu les Palmes Académiques ainsi que la Légion d’honneur.

Comme la plupart des hommes politiques, Joël Guerriau est très présent sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter.

Un message a été publié sur son compte le 19 décembre dernier, autour de midi. La publication évoquait une « question cruciale » posée par Bruno Retailleau, l’actuel Sénateur de la Vendée. Une question portant sur Daesh et plus précisément sur l’impact du groupuscule terroriste sur la gouvernance de la France.

Une question d’actualité, malheureusement.

La publication s’accompagnait d’une photo représentant le gland d’un pénis décalotté. Choqués, de nombreux followers se sont manifestés pour demander des comptes à l’homme politique. D’autres ont préféré la relayer et prendre des captures afin de l’immortaliser.

Un acte malveillant commis par un proche ?

Un membre de l’équipe de Joël Guerriau est rapidement intervenu pour supprimer la publication.

Quelques heures plus tard, l’homme politique a pris la parole, toujours par le biais de son compte Twitter. Il a alors déclaré qu’il n’était pas responsable de la publication de ce message, tout en évoquant un piratage : « Inacceptable ! Mon compte vient d’être piraté. Merci à ceux qui m’ont prévenu ». Il en a ensuite remis une couche quelques heures plus tard en parlant d’un acte de malveillance et en promettant de déposer plainte le lendemain.

Interrogée par Buzzfeed, une collaboratrice parlementaire a évoqué elle aussi un acte de malveillance, provenant « de la part d’un membre de son entourage ». D’après ses propos, l’enquête menée en interne a en effet exclu la possibilité d’un piratage extérieur.

Mardi dernier, un autre communiqué a été publié sur le compte de ses deux avocats, Me Henri Carpentier et Me Jérôme Maudet. Le document évoque lui aussi la nature malveillante du message publié sur le compte Twitter et il rappelle que cette publication constitue « une infraction pénale susceptible d’être réprimée sévèrement ».

La posture prise par l’homme politique et ses soutiens ne font cependant pas l’unanimité chez les internautes. La raison de leurs doutes ? Une faute d’orthographe récurrente. Daesh a en effet été orthographié « Daesch » dans la publication originale et Joël Guerriau avait commis la même faute quelques semaines plus tôt.

Mots-clés twitterweb