Twitter : un bot a dérapé et diffusé du contenu pornographique

Les « bots » sont des systèmes interactifs robotisés censés faciliter la vie des utilisateurs en leur apportant le contenu dont ils en besoin sans qu’ils aient à lever le petit doigt.

Demande ce que tu veux au bot, et il te l’apportera en un clin d’œil ! Enfin, à priori seulement, puisqu’un bot de Twitter, dédié aux jolis bébés animaux, vient de déraper complètement en diffusant du contenu pornographique.

Doggo

Le monde du contenu viral est dominé par les bots, qui trient et organisent constamment du contenu, généralement volé à d’autres utilisateurs, puis les réutilisent.

Un contenu diffusé au mauvais endroit…

L’objectif final est, comme toujours, la course au nombre : un moyen facile d’accumuler toujours plus de followers. Dérobez et diffusez suffisamment de vidéos virales et vous pourrez éventuellement commencer à les monétiser. Le format rapide de Twitter est encore meilleur pour générer automatiquement du contenu.

Selon certaines estimations, la plateforme compterait en effet près de 48 millions de bots, soit 15% de l’ensemble de ses utilisateurs.

Quoi qu’il en soit, @BabyAnimalPics est un bot Twitter très apprécié, avec plus de 2 millions d’utilisateurs qui raffolent de ses vidéos Vines et Twitter de bébés lapins, chiens, oiseaux et autres animaux charmants.

Mais voilà, le compte a publié dernièrement le message suivant « Aucune intention d’alarmer quiconque, mais regardez ce mignon doggo (chien en langage familier) dans son manteau de pluie », et juste en dessous le bot a posté du contenu pornographique. Un dérapage qui a complètement dérouté les fans du compte… comme si leur seul coin sacré d’Internet avait été souillé. Quelques utilisateurs de Twitter ont essayé d’expliquer ce qui a pu se passer.

Un mot mal interprété probablement à l’origine du dérapage

Buffer, l’outil de gestion des réseaux sociaux, est intervenu pour dire que @BabyAnimalPics doit avoir utilisé un outil tiers pour voler le contenu pornographique publié à l’origine avec le mot « Doggo » (chien). Et vu que les bots ne sont pas encore capables de décrypter une image pour savoir ce qu’elle contient, ils se basent essentiellement sur les mots écrits par les auteurs pour accompagner ces images et vidéos.

Ainsi,  @BabyAnimalPics a visiblement été trompé par le « Doggo », croyant qu’il s’agissait d’un contenu affichant un joli chiot tout mignon !

Mots-clés twitterweb