Clicky

Uber est accusé d’avoir arnaqué des clients et des chauffeurs

Uber se retrouve au cœur d’une nouvelle polémique. Un tribunal fédéral de Los Angeles a reçu une plainte collective contre l’entreprise pour avoir escroqué ses clients et ses chauffeurs. D’après les auteurs de la poursuite, le leader des applications de VTC aurait eu recours à une technique « intelligente et sophistiquée » pour modifier de manière illicite les données de navigation. Cette technologie lui permettrait de soutirer plus d’argent à ses clients et payer moins ses chauffeurs.

D’après les informations obtenues par ArsTechnica, l’entreprise américaine aurait procédé à cette pratique depuis septembre 2016, au moment où elle a décidé de remplacer l’ancien principe du multiplicateur, qui a fait l’objet de nombreuses critiques, par une nouvelle option consistant à définir au préalable le tarif d’une course.

Uber Procès

Dans ce mode de tarification, le nombre de passagers, le temps et la distance de la course, le trafic et le nombre de chauffeurs dans les environs sont pris en compte.

Jusqu’à 10 % d’excédent

Selon les affirmations des plaignants, Uber manipulerait l’application et montrerait aux passagers qui utilisent l’application un itinéraire plus long et plus onéreux par rapport à celui présenté au chauffeur. Pourtant, la rémunération des chauffeurs est fixée selon le trajet réalisé.

En conséquence, le montant de la course serait plus élevé pour l’utilisateur étant donné que l’itinéraire présenté par l’application est plus long. En revanche, le chauffeur serait pour sa part payé à partir d’un itinéraire plus court.

Uber, de son côté, percevrait la somme excédentaire.

La plainte ne mentionne aucune estimation de cet excédent. Toutefois, selon une étude menée par Quartz, la différence atteindrait environ 10 % du prix de la course. Le conditionnel est évidemment de rigueur.

Une approche outrageuse

Sophano Van, un chauffeur Uber qui porte plainte, a tenu à souligner qu’en contrôlant spécifiquement les données de navigation déterminant le tarif que les utilisateurs devaient régler et le prix proposé aux chauffeurs, l’entreprise a eu recours à des pratiques odieuses.

Six charges sont retenues contre l’entreprise américaine dont « fraude et concurrence déloyale, violation de contrat et enrichissement illégitime. » Si sa culpabilité est prouvée, elle devra verser une indemnité à tous les chauffeurs et leur restituer les sommes qu’ils étaient censés toucher.

Pour le moment, Uber n’a pas encore donné d’explication sur cette affaire.

Mots-clés justicenopububer