Uber est poursuivi en France, dans le cadre d’une affaire de divorce

Uber se retrouve une nouvelle fois devant les tribunaux. Toutefois, cette affaire n’a rien à voir avec l’offre commerciale de l’entreprise, ni même avec la manière dont elle rétribue ses chauffeurs. En réalité, un homme vivant sur la Côte d’Azur a décidé de poursuivre l’entreprise, car il l’estime responsable de son divorce. Du moins en partie.

Le plaignant, un entrepreneur originaire de la région, accuse en effet la société d’avoir permis à sa propre femme de suivre ses déplacements à son insu, grâce à une faille technique liée à son application.

Divorce Uber

Uber se retrouve au milieu d’un divorce.

Tout a commencé en fin d’année dernière. Fervent utilisateur du service, l’infortuné époux s’est retrouvé un beau matin sans téléphone.

Uber va se retrouver une nouvelle fois devant les tribunaux

En retard à un rendez-vous important, il a donc emprunté l’iPhone de sa femme afin de commander un Uber, en s’identifiant à l’aide de son compte. Il s’est ensuite déconnecté et il est parti vaquer à ses occupations.

Seul problème, l’application installée sur le terminal de sa femme a continué à afficher les notifications relatives à l’activité de son compte. Cette dernière a donc pu accéder à tous les détails de ses commandes. Des détails comme le nom du chauffeur, la plaque d’immatriculation de son véhicule ou encore l’heure d’arrivée des courses commandées par le biais de la plateforme.

Elle n’a visiblement pas aimé ce qu’elle a vu, car elle a commencé à soupçonner son époux d’infidélité.  La situation s’est rapidement dégradée au sein du couple et l’épouse a fini par demander le divorce, un divorce se chiffrant en plusieurs millions d’euros.

Un bug touchant l’application iOS ?

L’homme d’affaires estime Uber responsable de la situation et il demande ainsi 45 millions d’euros de réparation à l’entreprise. La première audience aura lieu en mars.

Le Figaro a tenté de reproduire le bug au sein de la rédaction et l’expérience a porté ses fruits. Il semblerait que cette fameuse faille existe réellement. D’après les recherches effectuées par nos confrères, le problème toucherait seulement la version iOS de l’application et il aurait été corrigé dans la toute dernière mouture, une mouture datée du 15 décembre. Le bug serait selon toute vraisemblable causé par une mauvaise gestion des tokens générés lors de l’identification des comptes.

Ils ont naturellement contacté Uber France afin d’avoir le point de vue de l’entreprise sur cette épineuse question. Le porte-parole de la société a déclaré que l’entreprise ne commentait pas les cas individuels, et encore moins ceux liés à une procédure de divorce.

Mots-clés justiceuber