Uber et Axa, un partenariat pour la prévoyance des chauffeurs indépendants

D’un côté, il y a Uber, la plateforme internationale dédiée au transport qui a fait carton en France depuis 2011. De l’autre côté, il y a Axa, le groupe français spécialisé dans l’assurance qui figure parmi les leaders mondiaux dans son domaine. Ce sont ces deux représentants de l’économie mondiale qui sont passés à une signature d’accord de partenariat. Les travailleurs indépendants utilisant l’application Uber seront les premiers bénéficiaires de ce partenariat.

Les deux entreprises ont annoncé leur collaboration par un communiqué de presse. Le contenu est très bref, mais laisse comprendre l’attribution d’un contrat d’assurance aux chauffeurs inscrits sur la start-up. Ces services de protection seront donc fournis par Axa et payés par Uber.

Uber Viol

Ce qui signifie qu’ils sont entièrement gratuits pour les travailleurs en France.

Uber et Axa vont travailler ensemble

La mise en œuvre de ce nouveau système d’assurance commencera à l’automne. Des informations supplémentaires seront également dévoilées à cette date.

Que ce soit Uber ou Axa, les deux parties sont toujours en quête de nouvelles offres innovantes pour satisfaire leurs collaborateurs respectifs.

Uber, pour sa part, est ravi de contribuer à l’épanouissement de ses chauffeurs et l’entreprise a ainsi déclaré : « Ce partenariat ajoute un filet de sécurité pour ces travailleurs indépendants qui recherchent la flexibilité. Nous continuerons de les écouter pour toujours améliorer leur expérience utilisateur. »

Quant à Axa, cet accord est un moyen pour démontrer son savoir-faire en apportant des solutions adaptées à chaque situation. « La révolution digitale entraîne des évolutions profondes des formes de travail. Ce partenariat permettra d’accompagner ces mutations en apportant à chacun une protection optimale. » a affirmé Thomas Buberl, Directeur Géneral d’Axa.

Une « responsabilité sociale des plateformes » assumée

Si les plateformes numériques semblent prendre leur élan, il en va de même pour les droits de leurs travailleurs.

Le 4 mai 2017, un décret est sorti annonçant que lorsqu’une plateforme de mise en relation par voie électronique détermine les caractéristiques de la prestation de service fournie ou même du bien vendu et fixe son prix, alors elle a une responsabilité sociale à l’égard des travailleurs indépendants qui y recourent ou qui en bénéficient.

Par conséquent, Uber est concerné par cette loi et c’est probablement ce qui a motivé son partenariat avec Axa. Sa politique d’assurance implique à priori la prise en charge des travailleurs en cas d’accident. Cela implique les coûts des soins, l’indemnisation en cas d’incapacité et l’indemnisation des proches en cas de décès.

Pour le moment, Uber n’a pas donné de détails sur la manière dont l’entreprise compte rentabiliser cet investissement. Faut-il s’attendre à une hausse du prix des courses ?

Mots-clés axauber