Uber serait intéressé par Nokia Here

Uber est sans aucun doute une des entreprises les plus florissantes du moment et elle profite d’une certaine popularité dans le petit milieu des VTC. Ce n’est même rien de le dire. Toutefois, cela ne l’empêche pas de s’intéresser à d’autres secteurs et elle envisagerait même de se lancer sur le marché de la cartographie en achetant Nokia Here.

Si vous ne le connaissez pas encore, alors sachez que Here a vu le jour en 2012, sous l’impulsion de Nokia. L’outil se présente comme une application de GPS, avec plein de fonctions intéressantes comme la possibilité de télécharger gratuitement les cartes de 180 pays en quelques instants.

Uber Nokia Here

Uber serait lui aussi très intéressé par Nokia Here, et cela se comprend aisément.

La solution est disponible sur de nombreux supports différents, et notamment sur iOS, Android et Windows Phone. Même les terminaux sous Firefox OS peuvent en profiter, c’est pour dire.

De grands noms de l’industrie sont intéressés par Nokia Here

Sa grande force, c’est qu’elle ne se contente pas de nous indiquer la route à suivre. Elle intègre les transports en commun et les contenus en provenance de ViaMichelin et de TripAdvisor.

Mieux, par son entremise, il est même possible de visiter les bâtiments des grandes villes en trois dimensions.

S’ajoutent à la liste l’affichage des conditions météo, l’info-trafic ou même un avertisseur pour les zone dangereuses.

Bref, vous l’aurez compris, Here met la barre très haut mais son propriétaire actuel, Nokia, envisage tout de même de s’en délester suite à sa fusion avec Alcatel-Lucent. D’après les dernières infos dont on dispose, plusieurs entreprises auraient approché la firme.

Parmi les noms cités, on trouve Apple, Facebook, Amazon, Audi ou même BMW.

Oui, et un nouveau-venu compte bien tirer son épingle du jeu. Selon le New York Times, Uber serait lui aussi très intéressé par Here Maps et il serait même prêt à signer un gros chèque pour acquérir la solution.

Pour l’instant, nous n’en savons pas beaucoup plus mais Nokia ne devrait pas tarder à rendre son verdict, et à annoncer le nom du repreneur. D’ailleurs, sachez que le finlandais espère récupérer pas moins de trois milliards de dollars avec la vente de sa solution.