Un adolescent de 17 ans lutte pour le droit à la réparation

Surya Raghavendran n’est pas un adolescent comme les autres. Ce lycéen, habitant à Ann Arbor, dans le Michigan, est le dirigeant d’une petite entreprise de réparation d’iPhone qui s’appelle SKR Screen Repair. Avant de diriger sa propre boîte, Surya était un consommateur comme les autres.

Il a eu son premier déclic en neuvième année quand son iPhone 5C est tombé de sa poche pour s’écraser contre le sol alors qu’il faisait du jogging. À ce moment-là, les parents de l’adolescent lui ont donné 120 dollars pour qu’il répare son téléphone chez l’Apple Store. La réparation n’a pas duré longtemps parce que les techniciens lui ont donné un mauvais écran.

Là encore, l’Apple Store voulait facturer 120 dollars supplémentaires pour réparer le téléphone. Cependant, le jeune homme a décidé d’essayer de réparer son portable lui-même en regardant des vidéos sur YouTube. Non seulement, il y est parvenu, mais en plus, il a trouvé que l’opération était assez facile.

Sensibiliser les gens à réparer eux-mêmes leurs objets

Selon Surya Raghavendran, « Les gens devraient pouvoir choisir où ils veulent réparer leurs appareils. » Il ajoute que « Le droit à la réparation diminuera la quantité de déchets électroniques et les gens conserveront leurs appareils beaucoup plus longtemps avec des réseaux de réparations appropriés. »

Alors que la petite start-up de Surya prospérait en dehors de ses heures de cours, avec environ quatre réparations par semaine à un prix deux fois moins cher que celui d’Apple, la marque à la pomme a sorti la mise à jour iOS 11.3 en mars 2018. Cette mise à jour a fait en sorte que tous les appareils iPhone réparés par des tiers ou des entreprises non agréées cessent de fonctionner du jour au lendemain.

La bataille de Surya Raghavendran

Dès ce moment, Surya a fait des recherches sur les lois relatives à la réparation des appareils électroniques. Il a également demandé aux politiciens ce qu’ils faisaient pour protéger le droit des consommateurs à réparer leurs propres appareils. Il a notamment envoyé un e-mail à la sénatrice Rebekah Warren qui s’est entretenue avec lui lors d’une réunion et lui a demandé de lancer une pétition.

Depuis juillet 2018, Surya Raghavendran a ainsi demandé au public de partager son expérience et de parler des raisons pour lesquelles le droit de réparer est important. Nathan Proctor, le directeur de la campagne pour le droit à la réparation au Public Interest Research Group ou PIRG américain, figure parmi les personnes qui soutiennent l’adolescent dans sa lutte.

Par ailleurs, des législateurs et des groupes de défenseurs de l’environnement et du droit à la réparation ont déjà élaboré un projet de loi sur le droit à la réparation qu’ils soumettront bientôt à la législature de l’Etat du Michigan.