Un astéroïde d’un kilomètre de diamètre va passer nous rendre visite

2014 JO25 fait beaucoup parler de lui depuis la semaine dernière et cela n’a rien de surprenant. Cet astéroïde va en effet passer à proximité de la Terre le 19 avril prochain et la NASA l’a classé dans la catégorie des objets potentiellement dangereux en raison de sa trajectoire et de ses dimensions. Il mesure en effet près d’un kilomètre de diamètre.

La dangerosité d’un astéroïde dépend en effet essentiellement de sa taille. Les objets mesurant moins de dix mètres de diamètre finissent ainsi en règle générale par se désintégrer dans notre atmosphère.

2014 JO25

Un astéroïde d’un kilomètre de diamètre va nous rendre visite le 19 avril prochain.

Il en va tout autrement des corps plus massifs. Les corps dotés d’un diamètre compris entre dix et cent mètres seraient en effet potentiellement capables de détruire des villes entières ou même de provoquer de puissants raz-de-marée.

2014 JO25 passera à proximité de la Terre le 19 avril

Entre cent mètres et un kilomètre, un astéroïde pourrait provoquer entre cinq millions et cent millions de morts selon les derniers modèles mathématiques mis au point par les astronomes.

Mais ça, bien sûr, c’est en supposant que ce fameux corps entre en collision avec notre planète.

Ce ne sera visiblement pas le cas de 2014 JO25. D’après les calculs effectués par les spécialistes de la NASA, ce corps devrait en effet passer à environ deux millions de kilomètres de notre position.

Cette distance est gigantesque à notre échelle, mais elle l’est un point moins si l’on raisonne à l’échelle de l’Univers. Preuve en est, l’agence spatiale américaine précise dans son communiqué de presse qu’il s’agira du plus proche passage d’un astéroïde de cette taille au cours de la dernière décennie.

Nous nous apprêtons donc à vivre un événement historique.

L’astéroïde mesurerait environ un kilomètre de diamètre

Il faudra d’ailleurs profiter du spectacle, car aucun astéroïde de cette taille ne passera à proximité de notre planète dans la prochaine décennie. Pas d’après les calculs effectués par les astronomes.

Il faut tout de même signaler que la NASA suit à la trace les plus gros objets géocroiseurs afin d’anticiper leurs trajectoires. L’ESA, de son côté, travaille depuis plusieurs années sur son propre programme de surveillance, un programme qui devrait s’accompagner d’un système de déviation développé spécialement pour protéger notre planète.

Fait amusant, en parallèle, des gouvernements et des groupes privés travaillent sur d’autres missions visant cette fois à placer des astéroïdes dans l’orbite de la Terre afin de pouvoir exploiter leurs minerais.