Clicky

Un Australien meurt empoisonné par une limace mangée huit ans plus tôt

C’est une bien triste et étrange histoire que celle de Sam Ballard. Ce jeune australien de 29 ans est mort à la suite d’une longue et douloureuse maladie qu’il a contractée après avoir mangé une limace. Il s’agit d’une forme rare de méningo-encéphalite éosinophile causée par un ver parasite qui se trouvait dans la créature ingérée.

L’infection a entraîné de graves lésions cérébrales qui ont plongé Sam dans le coma puis l’ont rendu tétraplégique.

Pendant huit ans, le jeune homme a bravement combattu cette terrible maladie avant de finalement succomber à l’approche de son 29e anniversaire.

Sam est décédé le 2 novembre 2018, entouré de sa famille et ses amis. Ses dernières paroles ont été pour sa mère.

Un pari tragique

Il y a dix ans, alors qu’il n’avait que 19 ans, Sam Ballard était un rugbyman talentueux promis à un bel avenir. Tout bascule un soir alors que le jeune homme est à un barbecue avec des amis. Suite à un pari, il est contraint de manger une limace trouvée dans le jardin.

Quelques jours plus tard, Sam a commencé à ressentir des douleurs insoutenables dans les jambes. Il est ensuite tombé dans un coma durant 420 jours, soit pendant plus d’un an. À son réveil, le jeune homme est devenu tétraplégique, complètement paralysé.

Un terrible parasite présent dans la limace

Le ver responsable de la maladie qui a coûté la vie à Sam s’appelle « Angiostrongylus cantonensis. » C’est un parasite mortel que l’on retrouve principalement chez les rats, mais qui peut être transmis à l’homme par l’ingestion de limaces ou d’escargots.

D’après le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC), l’organisme vient généralement à bout du parasite. Il arrive cependant que ce dernier réussisse à se faufiler jusqu’au cerveau, provoquant ainsi la forme rare de méningite dont nous avons parlé plus tôt.

Une Hawaïenne infectée par la maladie raconte qu’elle avait l’impression de sentir le parasite se déplacer dans son cerveau. Parfois, c’est comme si quelqu’un lui ouvrait le dessus du crâne, plaçait un fer à repasser dans son cerveau puis actionnait la vapeur.

Il n’existe pour l’instant aucun remède pour stopper cette terrible infection. Les recherches continuent cependant d’essayer de développer un anticorps capable d’en venir à bout.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !