Clicky

Un collectionneur a développé de vieilles pellicules photo, révélant de nombreux trésors oubliés

Thomas Sauvin est un photographe français qui a une passion très particulière. Cela fait huit ans qu’il achète de vieux négatifs photographiques en Chine pour ensuite les collectionner et les numériser. Baptisé « Beijing Silvermine », ce projet rassemble à ce jour pas moins de 750 000 clichés anonymes, et ne cesse de fasciner des milliers d’amateurs et professionnels de photographie à travers le monde.

Sauvin n’a pas souhaité partager les photos. Il voulait les garder pour sa collection personnelle. Ce n’est qu’en 2011 qu’il s’est finalement décidé à les exposer au monde. Le succès est au rendez-vous tant les clichés sont de véritables trésors d’histoire et d’authenticité.

Thomas Sauvin

Depuis, le photographe multiplie les collaborations ainsi que les éditions d’albums photo. Plusieurs de ses meilleures œuvres ont été exposées dans plusieurs contrées. Le public est conquis.

Une histoire passionnante

Le projet Beijing Silvermine remonte à 2009, Thomas Sauvin n’était alors qu’un simple collectionneur de photographies. Le jeune homme écumait les marchés aux puces à la recherche de vieilles photos développées à partir de négatifs.

Il ne parvenait jamais à mettre la main sur les négatifs en question jusqu’à ce qu’il tombe sur une publication de blog d’un certain Xiao Ma.

Ce dernier était recycleur de nitrate d’argent pour le compte d’une usine de recyclage à Beijing. « Si vous avez des négatifs à vendre, contactez-moi. » disait son annonce. Sauvin l’a tout de suite appelé non pas pour vendre, mais pour lui proposer d’acheter tous les négatifs photographiques en sa possession.

Depuis, Xiao Ma le contacte à chaque fois qu’il rassemble des négatifs de film.

Plus de 750 000 photos

Avec Beijing Silvermine, Thomas Sauvin fait découvrir l’Empire du Milieu sous un autre jour. Les photos montrent une Chine souriante, ouverte à l’Occident et qui s’amuse. Les clichés mettent en scène des mariages, des festivités, mais aussi des familles, des enfants, des couples, des amis… c’est toute une génération qui est présentée à travers ce fabuleux projet photographique. Sauvin estime que les photos ont été prises entre 1985 et 2005.

La beauté des clichés réside dans le fait qu’ils ne soient pas « parfaits ». Certains des négatifs recueillis avaient été en contact avec des liquides, ce qui explique les taches et les zones décolorées de certaines photos. Dans l’ensemble cependant, 60 % des négatifs étaient en bon état.

Dans un entretien avec Mashable, Thomas Sauvin a confié qu’il envisageait de passer à autre chose et terminer la belle aventure Beijing Silvermine mais pas dans l’immédiat.

Mots-clés insolite

Share this post

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !