Clicky

Un conseil, évitez les selfies en parapentes

Tous les selfies ne se valent pas et certaines personnes sont prêtes à prendre tous les risques pour obtenir les photos les plus impressionnantes possible. C’est notamment le cas de ce parapentiste qui aurait sans doute mieux fait de garder les pieds sur terre.

L’histoire du parapente remonte aux années 65, avec la mise au point de la sailwing par un certain David Barish.

Selfie parapente

Après avoir travaillé pendant plusieurs années pour l’US Air Force comme pilote d’essai, ce dernier a proposé ses services de consultant à la NASA et il a alors été amené à travailler sur la conception du parachute utilisé pour le retour des capsules Apollo sur la terre ferme.

Le parapente est né dans les années 60

À cette occasion, David Barish a développé une aile capable de freiner la chute d’un homme et il l’a testé dans une station de ski dans les années 60 avant de la montrer à l’agence spatiale américaine. Le parapente était né.

Du moins en partie. La discipline a en effet mis quelques années pour s’imposer et il a ainsi fallu attendre la fin des années 70 pour que le parapente sorte de l’ombre, grâce à l’étonnante prestation de trois parachutistes du club d’Annemasse en Haute-Savoie.

Depuis, le parapente s’est démocratisé et la discipline a même son propre championnat du monde depuis 1987.

Fermement décidé à immortaliser sa dernière balade dans les airs, un parapentiste dont l’identité n’a pas été communiquée a entrepris de se prendre en photo et de réaliser ainsi un selfie à plusieurs centaines de mètres d’altitude.

Les selfies et le parapente ne font pas bon ménage

Si la première partie de l’opération s’est bien déroulée – l’homme a pu prendre plusieurs photos sous différents angles – la situation a rapidement tourné au vinaigre lorsque le voltigeur a voulu ranger son téléphone.

En le décrochant de la perte, l’appareil lui a en effet glissé des mains et il est alors tombé dans le vide. Compte tenu de l’altitude à laquelle il se trouvait, le terminal a du frapper le sol à une vitesse tournant autour des 100 km/h et il est donc peu probable qu’il s’en soit tiré indemne.

En attendant, toute la scène a été filmée par l’action cam montée sur le casque du parapentiste et ce dernier a mis la vidéo en ligne un peu plus tard en rentrant chez lui, une vidéo qui a beaucoup tourné durant les heures suivant sa publication et qui nous donne une toute nouvelle définition du désespoir. Les dernières minutes de la séquence valent en effet le détour et on imagine sans peine la mine déconfite de l’homme en regardant son précieux appareil tomber en direction du sol.

Mots-clés insoliteselfies

David

Passionné, colérique, humain.