Un drôle d’objet repéré dans l’orbite de la Terre

À la fin de la semaine dernière, le télescope ATLAS (système d’alerte ultime d’impact terrestre) à Haleakala, à Hawaï, a repéré un objet étrange orbitant autour de la Terre. Les scientifiques pensent qu’il s’agit probablement d’un ETBO, ou « empty trash bags », un débris provenant d’une fusée spatiale.

Afin de vérifier cette hypothèse, des observatoires de la filiale de Northolt, à Londres, a examiné de près le satellite artificiel.

Sauver Terre

Les ETBO sont caractérisés par leur masse très légère ainsi que des motifs d’orbite imprévisibles. L’objet mystérieux a été baptisé « A10bMLz » par les observatoires de Northolt. Effectivement, il est d’une masse extrêmement légère. Cependant, sa surface est large de plusieurs mètres de diamètre.

C’est la première fois que les astronomes se trouvent devant un tel objet en orbite terrestre. Jusqu’ici, ils n’ont pas encore réussi à déterminer son origine. Ils estiment que l’A10bMLz pourrait disparaître d’ici quelques mois.

Une orbite inhabituelle

« Cela suggère qu’il s’agit de ce que l’on appelle un « empty trash bags » : un morceau de matériau léger (probablement une feuille métallique) laissé par une fusée », a publié la branche de la succursale via Facebook. «On ne sait pas encore savoir quand A10bMLz a été lancé. »

L’objet mystérieux a été repéré, pour la première fois, à environ 300 km de la surface de la Terre. Récemment, il a dérivé à 600 kilomètres du globe. Il se déplace suivant une orbite rétrograde (d’est en ouest) au lieu de l’orbite prograde (d’ouest en est) qui est plus commune.

Difficile de calculer ses prochaines dérives

Les chercheurs ont souligné qu’il est difficile de calculer les prochaines dérives de l’objet, car il se déplace de manière imprévisible, comme un sac en plastique. Par ailleurs, à cause de sa légèreté, il peut être facilement déplacé. La seule pression de radiation émise par le soleil peut modifier sa direction. Les astronomes pensent qu’il pourrait brûler dans l’atmosphère d’ici quelques mois.

« Comme avec un sac poubelle vide qui souffle dans la rue, il peut zig-zagger de manière imprévisible », ont souligné l’équipe du projet Pluto, qui développe des logiciels de planétarium. « Je ne vois pas de flybys lunaires récents, et je ne spéculerais pas sur le moment où il pourrait toucher la Terre ou la Lune ou quitter le système Terre-Lune. »

Mots-clés espaceterre