Clicky

Un enfant de 9 ans se serait suicidé à cause d’une farce de mauvais goût

Le 10 septembre 2018, un évènement tragique se serait déroulé dans la ville de Madurai, en Inde. Un garçon âgé de 9 ans y aurait mis fin à sa vie après avoir fait une mauvaise blague à ses camarades de classe.

D’après la police, le jour de son suicide, il aurait envoyé un message aux élèves de son collège dans lequel il disait que la journée était fériée et qu’il n’y aurait donc pas de cours.

Il aurait envoyé ce message à près de 50 de ses camarades de classe qui auraient cru à sa blague et qui ne sont pas allés en cours. Voyant qu’aucun élève ne s’était présenté à l’école municipale de la ville, les responsables de l’établissement scolaire auraient enquêté sur l’affaire et auraient découvert que c’était le jeune garçon qui avait relayé la fausse information.

Le directeur de l’école aurait appelé les parents de l’enfant pour les mettre au courant de ce qu’il avait fait et pour les réprimander pour son comportement.

Mort par pendaison

Après avoir été puni par ses parents, le jeune garçon aurait également fait face à une campagne de harcèlement orchestrée par ses camarades de classe. D’après la police, il n’aurait pas supporté toutes ces brimades. C’est ce qui l’aurait conduit à se pendre chez lui.

Apparemment, lorsque son corps a été découvert, il était déjà trop tard. Malheureusement, les parents ne pensaient pas que cet incident aurait pu inciter leur fils à mettre fin à ses jours.

Des cas alarmants

Ces derniers temps, les cas de suicide pour cause de harcèlement et impliquant des enfants sont de plus en plus nombreux. Par exemple, en août dernier, Jamel Myles, un jeune américain de 9 ans s’est  suicidé après avoir été harcelé par ses camarades. Il venait d’avouer qu’il était homosexuel. Les faits se sont déroulés 4 jours après sa rentrée scolaire.

En 2017, un américain de 11 ans du nom de Tysen a également mis fin à ses jours après qu’une mauvaise blague sur les réseaux sociaux ait mal tourné. D’après ses parents, il se serait suicidé par pendaison après qu’une fille avec qui il discutait sur internet lui avait annoncé qu’elle allait aussi en finir.

La majorité de ces cas attirent notre attention sur les conséquences dévastatrices du cyberharcèlement.

Micka

Curieuse de nature, je cherche à m'épanouir dans l'une de mes passions, l'écriture web, avec la devise : ne rien prendre pour acquis et prendre chaque mission comme un challenge.