Un ex-employé de Square Enix suspecté d’avoir commandé des 3DS pour les revendre

Un ex-employé de Square Enix ayant notamment figuré aux crédits de Dragon Quest IX est aujourd’hui suspecté d’avoir procédé à des commandes de Nintendo 3DS pour revendre les consoles à son propre profit, faisant perdre à l’éditeur nippon plus d’un million de yens. Rassurez-vous, cela fait bien moins en euros.

Au regard de la réaction de Square Enix sur cette affaire, on peut deviner que jusqu’à il y a peu, Koji Takada officiait encore au sein de la compagnie. Cet homme, aujourd’hui âgé de 56 ans, a ainsi été arrêté un peu plus tôt ce mois-ci pour avoir supposément commandé des consoles de jeu dans le but de les revendre.

new3DS-stop

Nintendo a indiqué avoir mis un terme à la production de New 3DS sur l’archipel nippon. Heureusement pour les fans, la New 3DS XL continuera d’être produite.

L’article de Kotaku, qui s’appuie (en anglais) sur les éléments publiés (en japonais) par Jiji Press, indique qu’entre novembre 2011 et septembre 2013, ce responsable des ventes aurait profité de signatures de contrats avec des clients pour commander des Nintendo 3DS et autres consoles de jeu avant de s’en séparer contre deniers. Ce qui constitue là une violation du droit de la fiducie japonaise.

Achat et revente illégale supposée de consoles : Square Enix avait déjà porté plainte en 2015

Koji Takada prétendait apparemment à ces clients que l’obtention de ces machines lui était nécessaire.

Il aurait ensuite revendu ces machines, faisant par la même occasion perdre à Square Enix 1,4 million de yens, soient environ 10.600 euros. Sankei News ajoute (en japonais) que l’homme a été sanctionné en ce mois d’octobre par Square Enix qui avait d’ailleurs porté plainte pour violation du droit des fiducies en décembre 2015.

Les joues que l’on suppose toutes rouges, l’éditeur nippon a indiqué qu’en interne, des efforts sont fournis « au niveau de la formation des employés pour que cela ne se reproduise plus ». Vous avez bien lu, si vous entrez chez Square Enix avec l’intention de voler leur argent de poche mes gaillards, vous allez être dressés comme il se doit et l’on vous fera passer l’envie de trahir votre prochain.

Vous n’imaginez pas le châtiment infligé à Shinji Hashimoto pour avoir, en décembre 2014, annoncé aux joueurs PS4 un portage de FFVII version PC alors qu’ils en attendaient un remake, un souhait il est vrai étrange pour un jeu alors vieux de près de 17 ans.