Le fossile d’une créature de 518 millions d’années a été retrouvé en Chine

Lors d’une fouille sur le site Qinjaing, en Chine, une équipe composée de scientifiques de l’Université chinoise du Yunnan et du Musée d’histoire naturelle de Londres ont réalisé d’importantes découvertes. Les chercheurs ont mis au jour une série de fossiles incroyablement conservés.

L’étude approfondie de ces derniers a permis de mieux comprendre l’évolution d’une dizaine d’espèces marine.

fossile

Crédits Pixabay

L’équipe a été menée par paléobiologiste Jakob Vinther. L’un des fossiles a particulièrement intrigué les chercheurs. C’est celui d’une créature marine vieille de 518 millions d’années. Il a été retrouvé par le professeur Hou Xianguang, coauteur de l’étude, dans la boue au sud de Kunming, dans la province du Yunnan, dans le sud de la Chine.

Les scientifiques ont immédiatement remarqué que le fossile, surnommé Daihua sanqiong, présente des similarités avec la gelée au peigne moderne. À partir de comparaisons anatomiques des créatures, les experts ont conclu qu’elles sont apparentées.

Reconstituer toute la lignée des gelées de peigne

« En résumé, nous avons pu reconstituer toute la lignée des gelées de peigne à partir des comparaisons anatomiques entre fossiles et spécimens contemporains », a déclaré Jakob Vinther à Live Science.

Le Daihua sanqiong disposait de dix-huit tentacules près de sa bouche. Celles-ci sont fines et ressemblent à des plumes. Elles sont dotées de rangées de gros cils à l’extérieur. Son nom rend hommage à la tribu Dai du Yunnan. En outre, le suffixe « hua », qui signifie « fleur » en mandarin, est représentatif de la forme florale de l’animal.

« Lorsque j’ai vu le fossile pour la première fois, j’ai immédiatement remarqué certaines caractéristiques que j’avais vues dans les gelées de peigne», a raconté Vinther. « Vous pouviez voir ces taches sombres répétées le long de chaque tentacule, ce qui ressemble à la façon dont les gelées de peigne se fossilisent. Le fossile conserve également des rangées de cils que l’on peut voir parce qu’ils sont énormes. »

Un nouvel éclairage sur l’évolution de certaines espèces marines

Après avoir effectué des études comparatives, l’équipe a conclu que les tentacules des ancêtres des gelées de peigne étaient autrefois pourvus de squelette. Les résultats semblent également infirmer l’hypothèse selon laquelle la créature marine Xianguangia est une anémone de mer.

D’après Peiyun Cong, co-chercheur de l’étude et professeur de paléobiologie à l’Université du Yunnan, elle « fait partie de la branche de la gelée de peigne. »

Par ailleurs, la nouvelle étude suggère que les gelées de peigne, les coraux, les anémones de mer et les méduses sont tous liés. « Ces tentacules sont les mêmes que ceux que vous voyez sur les coraux et les anémones de mer », a déclaré Vinther. « Nous pouvons tracer des gelées de peigne sur ces animaux semblables à des fleurs qui vivaient il y a plus d’un demi-milliard d’années. »

Toutefois, ces conclusions ne font pas l’objet d’unanimité au sein de la communauté scientifique. Par exemple, Casey Dunn, professeur d’écologie et de biologie de l’évolution à l’université de Yale, a déclaré être sceptique par rapport aux déductions faites par l’équipe internationale.

Mots-clés paléontologie