Un gène permet aux oiseaux d’apprendre les chants de leur espèce

Les oisillons disposent d’une faculté exceptionnelle qui consiste à apprendre les chants communs à leur espèce. Dès leur très jeune âge, les petits oiseaux apprennent à chanter en écoutant attentivement leur tuteur. Cette fonction est notamment assurée par un mâle adulte qui agit tel un vrai pédagogue. Celui-ci fait preuve de patience dans son enseignement. Il chante plus lentement, il fait de longues pauses et répète certaines parties du chant à de nombreuses reprises.

Chez les oiseaux, chaque espèce possède ses propres chants. Cela leur sert de moyen de communication entre congénères. Ce qui est pourtant plus intrigant, c’est que les oisillons sont capables de se focaliser sur les chants de leur tuteur même si d’autres oiseaux appartenant à d’autres espèces chantent à proximité.

Chant Oiseau

Voulant comprendre l’origine de cette compétence chez ces animaux, des scientifiques suédois ont mené une recherche.

Une faculté innée

L’initiative est venue des chercheurs du département Écologie et génétique de l’Université d’Uppsala (Suède). L’équipe a été menée par le docteur David Wheatcroft. Les résultats de leur étude ont été publiés le 12 juin 2017 dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Les chercheurs ont réalisé leur expérience sur deux espèces voisines : des Gobemouches noirs et des Gobemouches à collier. « Les Gobemouches noirs et les Gobemouches à collier sont plus actifs – réclamant plus souvent de la nourriture, remuant – lorsqu’ils entendent le chant de leur propre espèce plutôt que celui d’une autre espèce. » a déclaré à l’AFP David Wheatcroft, justifiant le choix.

Ils ont alors échangé les œufs pour les besoins de l’expérience. Plus précisément, ils ont cherché à tromper les oiseaux en faisant adopter à chaque couple les petits de l’autre couple. Au bout de l’expérience, ils ont conclu qu’il s’agit d’une faculté innée, inscrite dans un gène.

Pour que les accouplements se fassent bien

« Cela montre que dès leur plus jeune âge, les oisillons sont capables de distinguer le chant de leur propre espèce de ceux d’espèces très voisines. » a révélé l’auteur de la recherche. « Cela atteste que cette faculté ne dépend pas des premières expériences ou de l’apprentissage, impliquant que quelque chose d »inné’ permet aux oisillons de faire la différence. » a-t-il poursuivi.

Selon les suppositions du chercheur, cette compétence serait en lien avec le critère de sélection naturelle. Pour lui, elle « devrait aider les jeunes oiseaux à les apprendre correctement ensuite » et ainsi « aider à ce que les accouplements entre mâles et femelles se fassent bien au sein de la même espèce. »