Un homme condamné pour avoir filmé l’agression d’un SDF

Le 4 septembre dernier, dans un quartier du Vieux-Nice, un Sans Domicile Fixe polonais a été tabassé et laissé pour mort par trois agresseurs. La scène ultra violente a été filmée par un homme de trente ans via un smartphone. La séquence a été diffusée sur Snapchat et a choqué des milliers d’internautes. Alertés par deux élus locaux et quelques proches des agresseurs, les policiers ont immédiatement réagi. Les trois hommes ont été arrêtés et jugés en novembre dernier.

Le principal agresseur est âgé de vingt-sept ans. Il a été condamné à dix-huit mois de prison, dont six avec sursis. Les deux autres hommes ont également été condamnés à des peines de prison ferme.

Snapchat

Plus récemment, Nassuf Djoumoi, l’homme qui a filmé la scène, a également été jugé. Il a été condamné à douze mois d’emprisonnement, dont quatre avec sursis.

Le SDF polonais, âgé d’une quarantaine d’années, a survécu aux coups. Il a toutefois eu des séquelles, notamment deux côtes cassées et un traumatisme crânien.

Un étrange divertissement

Nassuf Djoumoi vit toujours chez sa mère. C’est la première fois qu’il se lance dans le « happy slapping », un nouveau genre de divertissement dont le but est de filmer de vraies agressions et de les diffuser sur la toile.

La semaine dernière, Djoumoi a comparu devant le tribunal correctionnel.

L’incident a eu lieu dans la rue Louis-Gassin, près du cours Saleya, plusieurs semaines avant la diffusion de la vidéo sur Internet par Djoumoi. Dans la séquence, on entend ce dernier encourager vivement l’agresseur en hurlant « Nique-le ».

Ici c’est Nice !

Vers la fin de la séquence, on peut voir la victime gisant au sol, inconsciente, et le visage en sang. « Ici c’est Nice ! », a affirmé Djoumoi. On entend également un groupe d’hommes encourager l’agresseur et se revendiquant de « Nice 06 000 ». « Je l’ai détruit, il est mort », s’est vanté celui qui a roué de coups le pauvre homme.

Les deux autres agresseurs ont également été condamnés. L’un a été déclaré coupable, car il a empêché un ami du SDF de le secourir. Il devra purger une peine de douze mois de prison, dont six avec sursis. L’autre a été poursuivi pour avoir incité l’agresseur à continuer alors que la victime était déjà K.O. Lors de l’audience, il a qualifié la scène de « rigolote ». Il s’est vu infliger huit mois de prison, dont quatre avec sursis.

Mots-clés justicesnapchat