Un lionceau congelé depuis 50 000 ans a été retrouvé en Sibérie

Les restes gelés d’un lionceau des cavernes (une espèce éteinte) ont été découverts en Russie. Le spécimen est si bien conservé (traits faciaux intacts, tête reposant sur sa patte) que les scientifiques russes envisagent de le cloner.

Les restes de l’animal préhistorique ont été découverts par un résident local du nom de Boris Berezhnov, sur l’une des rives de la rivière Tirekhtykh dans le district de Abyisky de Yakoutie, en Sibérie.

Lionceau

Un lionceau des cavernes mort il y a 20 000 à 50 000 ans

C’est seulement le troisième spécimen de lion des cavernes à être découvert, et la carcasse congelée pourrait remonter à jusqu’à 50 000 ans.

Le petit animal a été préservé dans le pergélisol, selon les chercheurs. Les lions des cavernes sont maintenant éteints. La créature serait morte entre 20 000 et 50 000 ans, selon les chercheurs.

« C’est un lionceau parfaitement conservé, tous les membres ont survécu », a déclaré Albert Protopopov, un scientifique de la Republic of Sciences de Russie, chargé d’examiner le spécimen.

Une espèce disparue que les scientifiques russes envisagent de cloner

Il estime que le petit, qui mesure environ 45 centimètres de long pour environ 4 kilogrammes, est mort à l’âge d’un à deux mois. Parce que ce petit est dans un si excellent état, préservé par le paysage de pergélisol de la région, Protopopov a déclaré qu’il est probablement un candidat au clonage.

Il y a deux ans, les scientifiques ont découvert les premiers restes de l’espèce, en Russie : deux lionceaux nommés Dina et Uyan, qui n’avaient que quelques semaines quand ils sont morts et qui n’étaient pas aussi bien conservés que le spécimen nouvellement découvert. En 2016, des scientifiques coréens et russes avaient déclaré à l’agence de presse russe Interfax qu’ils prévoyaient de cloner les lions des cavernes.

Diverses espèces d’animaux préhistoriques bientôt ressuscitées ?

Le réchauffement de la planète a décongelé le sol dans l’est de la Russie, qui est généralement presque gelé en permanence, menant à la découverte d’un certain nombre de créatures congelées.

Les scientifiques examinent notamment des mammouths congelés dans la glace pour rechercher des gènes qui séparent ces animaux des éléphants (comme les gènes d’un pelage hirsute) dans l’espoir de cloner ces créatures préhistoriques.

Mots-clés insolite