Un Lithuanien a réussi à voler 100 millions de dollars à Google et Facebook… en leur envoyant de fausses factures

Un Lithuanien âgé de 50 ans a plaidé coupable devant un tribunal de New York aux accusations selon lesquelles il aurait arnaqué Google et Facebook en leur faisant parvenir de fausses factures. Le montant du préjudice est énorme, car il dépasserait les 100 millions de dollars.

Evaldas Rimasauskas risque jusqu’à 30 ans de prison. Ce citoyen lituanien a été extradé vers les États-Unis en aout 2017 après avoir été arrêté par les autorités lituaniennes en mars de la même année. Son arrestation avait pour motif son implication dans un acte d’escroquerie de grande envergure visant Google et Facebook. Les faits se sont déroulés entre 2013 et 2015.

Facepalm

Crédits Pixabay

Comme le rapporte Reuters, l’homme avait utilisé de fausses factures pour recevoir de l’argent de la part de ces deux géants du Net.

Lors de son procès qui a eu lieu il y a quelques jours à New York, Evaldas Rimasauskas a reconnu les charges portées contre lui, notamment, le fait qu’il a réussi à obtenir frauduleusement 23 millions de dollars auprès de Google et 99 millions de dollars auprès de Facebook.

Des courriels de phishing

Bien que ne figurant pas dans l’acte d’accusation, Google et Facebook ont déjà été identifiées comme étant les entreprises victimes de cette arnaque. Pour tromper les employés des deux sociétés, le prévenu avait envoyé des courriels de phishing contenant des factures conçues pour ressembler à celles de Quanta Computer Inc.

En effet, afin d’obtenir ce qu’il voulait, Evaldas Rimasauskas se faisait passer pour un représentant de ce grand fabricant asiatique de matériel informatique. Comme si cela ne suffisait pas, Rimasauskas a créé une société en Lettonie et l’a utilisée pour ouvrir des comptes bancaires dans ce pays, mais également à Chypre, en Slovaquie, en Lituanie, en Hongrie et à Hong Kong.

Une partie du fonds récupérée par Google et Facebook

Rimasauskas a accepté de s’acquitter de la somme de 49,7 millions de dollars, représentant le montant ayant permis la constitution de l’infraction. On ne sait pas ce qui est arrivé aux 72 millions USD restants… En tout cas, un porte-parole de Facebook a annoncé avoir récupéré la majeure partie des fonds peu de temps après l’incident. De son côté, Google affirme avoir récupéré tout son argent.