Un nanosatellite créé par des étudiants lancé dans la thermosphère

Un nanosatellite fabriqué par un groupe d’étudiants de l’Institut de technologie de Harbin (Heilongjiang) vient d’être lancé aux États-Unis. Il s’agit d’un projet dédié à la Station spatiale internationale. L’équipe était dirigée par Wei Mingchuan, une jeune étudiante de 26 ans qui prépare en ce moment un doctorat dans le domaine de l’astronautique.

Interrogée par les journalistes, elle a affirmé que le satellite au nom de « LilacSat-1 » a été embarqué à l’intérieur du Cygnus. Ce vaisseau cargo spatial a été lancé par la fusée Atlas 5 mardi dernier à 11 h 11. L’événement s’est tenu au Cap Canaveral en Floride.

Nano satellite étudiant

Une fois lancé, le nanosatellite a atteint une altitude fixée à plusieurs kilomètres du sol. Il restera là-bas pendant une durée de trois mois.

Un nanosatellite pour étudier la thermosphère de notre planète

Le nanosatellite est constitué de deux éléments cubiques de 10 cm de côté et il pèse environ 2 kg. L’engin gravitera autour de la terre tout en formant une longue ellipse. Le dispositif sera déposé dans la partie moyenne inférieure de la thermosphère, à une distance située entre 200 à 400 km de la Terre.

Sa mission principale consiste à étudier cette zone.

D’après Wei Mingchuan, les scientifiques vont pouvoir utiliser les instruments présents à son bord pour mesurer les couches supérieures de l’atmosphère à partir d’un spectromètre de masse ionique neutre. Elle a également précisé que les deux éléments formant l’appareil possèdent un nouveau type d’antennes-relais capable d’assurer la communication entre les personnes responsables des radioamateurs.

À part cela, l’appareil pourra également être utilisé en tant que caméra pour faire quelques clichés depuis l’espace.

L’Union européenne, de plus en plus présente dans l’espace

Dans le cadre d’un projet baptisé QB50, à peu près une vingtaine de nanosatellites ont été lancés avec LilacSat-1. Ils ont tous été créés par de nombreux étudiants dans différents pays du monde et ils ont bénéficié d’un appui financier de la part de l’Union européenne.

Ces satellites miniaturisés sont de petite taille, avec un poids moyen variant entre 1 et 10 kg.

Toutes les informations qui ont été recueillies grâce à LilacSat-1 seront accessibles pour tous, notamment pour la communauté scientifique et les personnes qui en auront besoin. Ainsi, le programme sera partagé en open source et ne demande aucun protocole particulier pour y accéder.