Un nouveau départ pour Firefox

Firefox est arrivé sur le marché en 2004 et il a immédiatement rencontré le succès. Il ne lui a effectivement fallu que quelques semaines pour rallier à sa cause les internautes déçus par Internet Explorer et par Netscape. Ensuite, eh bien le navigateur a connu de belles années avant d’être rattrapé par Chrome, l’autre outsider.

A l’heure actuelle et selon NetMarketShare, IE trône encore en tête de liste avec 54% de parts de marché dans le monde. Chrome arrive en seconde position avec 27,23% de parts de marché, suivi de près par Firefox (12,06%), Safari (4,99%) et Opera (1,31%).

Relance Firefox

Mozilla a défini trois axes pour relancer Firefox.

Le problème, bien sûr, c’est que le navigateur de Mozilla ne cesse de perdre du terrain. Il a même perdu trois points en l’espace d’une année et la situation commence à devenir très préoccupante.

Trois axes pour relancer Firefox

C’est sans doute ce qui a poussé la fondation à mettre au point une nouvelle stratégie reposant sur trois axes distincts.

Pour commencer, Mozilla vise la qualité et il compte bien intégrer tous les standards du web à son navigateur. La fondation évoque même l’intégration des vidéos en HTML 5 et les jeux en ligne dans son article. Mieux, elle compte aussi investir Windows 10 et proposer ainsi une solide alternative à la solution développée par Microsoft.

Derrière, cela veut aussi dire qu’elle va se lancer dans de gros chantiers techniques. Elle compte d’ailleurs faire un gros travail d’optimisation sur Gecko, et s’investir davantage sur le projet E10 qui permettra au navigateur de devenir un outil multiprocess.

En marge, Mozilla va aussi nouer des partenariats avec des sociétés spécialisées pour enrichir l’expérience des internautes. Exactement à l’image de ce qui est proposé avec Hello, en somme. Cette fonction a effectivement été élaborée avec Telefonica.

L’idée, c’est donc d’enrichir rapidement le navigateur en s’appuyant sur des solutions éprouvées et appréciées.

Pour finir, la fondation à tenu à rappeler que la confidentialité de nos données se trouvait au centre de ses priorités. Elle ne compte pas tourner le dos aux internautes et c’est précisément ce qui l’a poussé à faire pression sur Pocket avant d’intégrer la solution au navigateur.

Bref, vous l’aurez compris, Firefox n’a pas encore dit son dernier mot et c’est plutôt une bonne nouvelle. Je le répète souvent mais un marché concurrentiel est toujours plus intéressant pour l’utilisateur et pour le consommateur.

Via

Mots-clés firefoxmozilla