Clicky

Un patch imprimé en 3D pour aider les victimes d’une crise cardiaque

Une expérience effectuée par un groupe de scientifiques a démontré encore une fois à quel point la science est utile pour les humains. Cette fois-ci, des chercheurs ont effectivement choisi de créer des patchs grâce à l’impression 3D dans le but de sauver les victimes d’une attaque cardiaque.

Pour commencer leur expérience, ils ont d’abord effectué des tests sur une souris en réparant leurs tissus cardiaques endommagés. Le résultat s’est montré concluant et ils vont poursuivre leur recherche pour en faire de même sur des cœurs humains.

Patch Coeur

En plus d’avoir rétabli les cellules cardiaques, cette technologie a également engendré une augmentation significative de la capacité fonctionnelle.

Reproduire parfaitement les tissus cardiaques

Il s’agit d’un véritable exploit pour les chercheurs des universités du Minnesota, du Wisconsin et de l’Alabama. Ils viennent de redonner un nouvel espoir aux personnes au cœur fragile, susceptibles d’être frappées par une crise cardiaque.

Pendant une crise cardiaque, la circulation anormale du sang dans le cœur provoque la mort de certaines cellules. Avec le temps, ces dernières vont laisser la place à des tissus cicatriciels. Par conséquent, la victime risque ensuite de souffrir d’une insuffisance cardiaque ou même d’autres attaques répétitives aussi foudroyantes.

Pour résoudre ce problème, les chercheurs ont créé un patch grâce à l’impression 3D contenant des cellules souches obtenues à partir d’un cœur humain adulte. Les expériences ont commencé avec un scan en 3D des protéines du tissu cardiaque. L’appareil à cellule avait ensuite prouvé sa capacité de reproduire, micron par micron, les différentes structures d’un tissu cardiaque.

Un résultat plutôt inattendu

Ce qui impressionne le plus avec leur expérience, c’est que les structures issues de cette technologie très avancée suivent les mêmes rythmes que le battement du cœur. À part cela, elles ont pu se développer normalement, comme les cellules « naturelles. »

Le patch a d’abord été implanté dans une souris ayant subi un infarctus. Le corps de l’animal a accepté le nouvel organisme, et sa capacité cardiaque s’est améliorée rapidement en l’espace de quatre semaines.

L’un des chercheurs qui ont contribué à la recherche a affirmé qu’il était très étonné du résultat de cette expérience vue la complexité du cœur. La prochaine étape serait d’effectuer la même expérience sur des animaux de grande taille. Si les mêmes résultats persistent, la procédure sera appliquée sur les êtres humains.

Mots-clés médecinesanté

Share this post

Andy

Rédacteur web passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !