Un pénis bionique télécommandé est en cours de développement

Le Wisconsin est connu pour ses magnifiques lacs et ses grandes étendues boisées, mais il abrite aussi de grands chercheurs. Certains d’entre eux travaillent d’ailleurs sur une nouvelle prothèse pénienne révolutionnaire, une prothèse capable de changer de forme en fonction de la température ambiante.

Selon une étude menée par le CHU Henri Mondor au début des années 90, environ un homme sur trois aurait des troubles de l’érection passé la quarantaine. Dans la plupart des cas, ces problèmes sont corrigés grâce à la fameuse petite pilule bleue, mais il arrive parfois qu’elle soit inefficace.

Implant pénien

Un nouvel type d’implant pénien est en cours de fabrication.

Lorsque cela arrive, les patients souhaitant retrouver une vie sexuelle épanouie peuvent s’orienter vers des implants péniens.

Le Viagra ne fonctionne pas toujours

En principe réservés à des hommes souffrant de troubles sévères et irréversibles, ces dispositifs médicaux sont pensés pour être implantés dans les corps caverneux de la verge.

Plusieurs modèles existent cependant. Les plus basiques se présentent sous la forme de simples implants malléables et semi-rigides. Ils permettent au patient d’orienter facilement son sexe dans la direction de son choix. Extrêmement faciles à utiliser, ils ne sont pas dénués de défauts pour autant et ils ont ainsi la fâcheuse tendance à rester rigides en permanence, même en dehors des rapports sexuels.

Il existe cependant d’autres modèles, gonflables cette fois. Plus élaborés, ils se composent de deux cylindres creux placés à l’intérieur de la verge et reliés à la fois à un réservoir et à une pompe.

Pour l’actionner, il suffit d’appuyer sur un bouton. Le liquide contenu dans le réservoir est alors acheminé vers les deux cylindres afin d’entraîner le grossissement du membre. Après la fin du rapport sexuel, le patient n’a qu’à actionner de nouveau le mécanisme pour vider les cylindres et retourner à son état naturel.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces implants sont assez répandus. En Grande-Bretagne, par exemple, environ quatre cents personnes passent chaque année sur le billard afin de se faire poser une prothèse de ce type. Et pas uniquement dans le cadre d’une chirurgie reconstructrice, d’ailleurs.

Le Dr Brian Lee, de l’Université du Wisconsin, travaille pour sa part sur un nouveau type de prothèse.

Un implant qui réduit le risque d’infection

Cette dernière est assez différente des deux autres, car elle est capable de changer de forme sans avoir besoin d’un système hydraulique ou d’une pompe. Pour se faire, Lee et son équipe ont utilisé un alliage assez particulier fonctionnant à mémoire de forme, un alliage habituellement utilisé pour fabriquer des appareils médicaux.

La mise en place est assez simple. Il suffit en effet d’effectuer une incision à la base du pénis et de glisser ensuite les tiges de l’implant dans les corps caverneux de la verge. Un implant relié à une minuscule bobine de chauffage placée à son extrémité.

Lorsque le patient souhaite durcir son membre, il suffit d’approcher la télécommande fournie avec et d’appuyer sur le bouton. Cela aura pour effet de créer un champ magnétique et de déclencher une basse tension dans la bobine. L’implant va alors se réchauffer et permettre au membre de se dresser. Après le rapport sexuel, le patient n’aura qu’à appliquer un gant de toilette humide sur son membre pour l’aider à redevenir flasque.

Pour l’heure, cette prothèse n’est pas disponible dans le commerce. Le prototype sera en effet testé dans les prochains mois et il faudra sans doute attendre quelques années avant qu’il n’arrive sur le marché.

En attendant, le concept a rencontré un certain succès chez les urologues. Asif Muneer, membre de l’Association britannique des chirurgiens urologues, l’a même qualifié de « prometteur ». Plus simple que les autres implants, il se compose de moins de composants et cela réduit donc drastiquement le risque d’infection.