Un psychologue a dressé le profil des partisans des théories du complot

Joshua Hart, professeur agrégé de psychologie à l’Union College, a fait des recherches sur les raisons qui poussent certaines personnes à croire aux théories du complot. Parmi les théories du complot les plus connues figurent la théorie selon laquelle Barack Obama ne serait pas né aux États-Unis ou encore que le changement climatique est un canular.

L’intérêt de la question se trouve dans le fait que pour la première fois, un président, Donald Trump, accorde du crédit à ces histoires abracadabrantes alors que la majorité des personnes les considèrent comme étant des délires et des mensonges.

Complot

Pour effectuer ses recherches, le professeur Hart, avec l’aide de son étudiante Molly Graether, a étudié les profils des personnes qui croient à ces théories conspirationnistes.

Ils se sont non seulement basés sur des recherches scientifiques antérieures, mais ont également questionné plus de 1 200 personnes sur leur personnalité et leur croyance.

Un point commun, la schizotypie

En menant leurs recherches, le professeur Hart et son étudiante ont découvert que le plus grand point commun entre les croyants aux théories du complot est la schizotypie. Il s’agit d’un trait de la personnalité qui se manifeste par le désir ou le besoin de se différencier des autres.

Les personnes schizotypiques sont relativement peu fiables, idéologiquement excentriques et ont tendance à penser que le monde est dangereux. Selon le professeur, Donald Trump correspond assez bien à ce profil. D’autant plus que le président américain s’est distingué par son caractère et ses idéologies politiques tranchées.

Des gens uniques dans une communauté unique

Le psychologue révèle également que, d’une manière générale, les partisans des théories conspirationnistes croient en ces histoires dans la mesure où elles correspondent à leurs opinions politiques.

Certaines personnes croient aux théories du complot parce qu’elles les confortent dans l’idée que le chaos règne dans le monde et que, par conséquent, il faut faire quelque chose. D’autres individus sont des fanatiques de théories conspirationnistes comme l’a démontré l’explosion de popularité de l’application Infowars du conspirationniste Alex Jones après qu’il ait été banni de plusieurs plateformes sociales.

Malgré tout, il est important de garder à l’esprit que même si les théories du complot comptent de sérieux adeptes, ce n’est pas pour autant qu’elles disent toujours vrai.

Mots-clés psychologie