Un quadragénaire arrêté pour avoir adressé des menaces de mort à Square Enix

Au Japon, un homme de 40 ans a été appréhendé après avoir fait parvenir des menaces de mort à l’éditeur Square Enix. Et ce n’est pas pour l’existence de Tokyo RPG Factory ou l’attente trop longue de Final Fantasy VII Remake qu’il a agi de la sorte.

Se basant sur l’information publiée (en japonais) sur FNN, Siliconera rapporte (en anglais) qu’un homme âgé de 40 ans a été appréhendé au Japon pour avoir adressé des menaces de mort à l’éditeur nippon Square Enix. Parmi elles, celle d’une « redite de Kyoto Animation ».

crédit YouTube

Le jeudi 18 juillet dernier, un incendie s’était déclaré au sein des locaux de ce célèbre studio d’animation, faisant 35 morts parmi les employés. Il a rapidement été établi que le sinistre était d’origine criminelle.

Devant l’ampleur des dégâts constatés ici, les autorités ont par conséquent pris très au sérieux les menaces émises contre Square Enix.

Il menace Square Enix de répéter le drame de Kyoto Animation après avoir perdu à un jeu

Après avoir été remis entre les mains des forces de l’ordre, le suspect aurait déclaré avoir envoyé un courriel de menace après une partie de jeu vidéo particulièrement animée. Partie qu’il aurait ainsi perdue. « Rendez-moi l’argent de votre jeu de m..de », « voulez-vous une redite de Kyoto Animation ? », a-t-il ensuite envoyé à Square Enix via le site officiel de l’éditeur.

Les menaces ont été émises le 23 juillet de cette année, soit une semaine pile après le drame de Kyoto Animation.

Si le titre du jeu en cause n’a pas été communiqué, on sait cependant qu’il s’agit d’un jeu mobile. Un format qui pourrait impliquer que le quadragénaire ait injecté de l’argent dans un soft proposé gratuitement au téléchargement. Même si Square Enix ne se fait pas non plus prier pour vendre d’anciennes gloires à des tarifs faisant parler.

Ce n’est pas la première fois que Square Enix doit gérer ces incidents de ce genre puisqu’en mars dernier, un fan de 25 ans avait lui aussi envoyé des menaces de mort à l’éditeur après avoir dépensé l’équivalent de plus de 1 500 euros dans un gashapon sans avoir récupéré l’objet qu’il convoitait.

Raison de plus pour que Square Enix se concentre une bonne fois pour toutes sur le marché consoles, non ?

Mots-clés square enix