Un satellite espion des Emirats Arabes Unis finit dans l’Océan Atlantique après l’échec du lanceur

Le mercredi 10 juillet dernier, une fusée Vega d’Arianespace lancée depuis la base de lancement en Guyane Française s’est écrasée dans l’Océan Atlantique. Le lanceur de 30 m devait mettre en orbite un satellite de surveillance appartenant aux Emirats Arabes Unis, construit par Airbus et dénommé Falcon Eye 1.

D’après ce qui a été rapporté par Arianespace, il y a eu une anomalie majeure juste après l’allumage du second étage de la fusée. Ainsi, le vol qui devait durer 57 minutes du lancement jusqu’à la mise en orbite du satellite n’aura duré que deux minutes.

Crédits Pixabay

D’après les informations, les causes de l’anomalie restent pour le moment inconnues.

Le déroulement des événements

Lors du lancement de la fusée, le Directeur des Opérations a déclaré que le lanceur ne suivait pas sa trajectoire normale juste après avoir annoncé l’allumage du second étage. Selon les données télémétriques fournies durant la retransmission du lancement, la vitesse de la fusée Vega était de 2,17 km/ s après un vol de 2 minutes et 13 secondes.

La courbe des données télémétriques a ensuite fait apparaître que la vitesse de la fusée était en train de diminuer et que sa trajectoire déviait de la trajectoire initialement prévue. Le moteur Zefiro 23 du second étage était supposé rester allumé pendant 77 secondes avant de passer à l’allumage du Zefiro 9 du troisième étage.

La déclaration d’Arianespace

Luce Fabreguettes, vice-présidente exécutive chargée des missions, des opérations et des achats chez Arianespace a fait une déclaration pour informer le public de l’anomalie qui s’est produite lors de la mission.

Elle a aussi présenté ses excuses à leurs clients au nom d’Arianespace après le lancement raté du satellite.

Arianespace a annoncé qu’ils allaient mettre sur pied une commission d’enquête indépendante afin de clarifier les circonstances entourant cet échec. Avant ce crash, le lanceur Vega avait réussi 14 missions de lancement depuis sa mise en service en février 2012.

L’entreprise Avio, en collaboration avec l’ESA ou l’Agence Spatiale Européenne, développe en ce moment une nouvelle version du lanceur Vega appelé le Vega C. Ce dernier est prévu effectuer son premier vol l’année prochaine et est décrit comme une version plus puissante de son prédécesseur. Espérons que les causes du crash de ce dernier lancement auront d’ici là été isolées pour pouvoir améliorer le système du nouveau modèle.

Mots-clés fuséesatellite