Un serpent robotisé pour explorer les mers et les océans

Eelume n’est pas un robot comme les autres, loin de là. Il ressemble en effet à un serpent et il a été construit pour explorer les profondeurs des mers et des océans. Les premiers tests ont eu lieu un peu plus tôt dans l’année et ils ont été couronnés de succès. Le prototype s’est comporté comme prévu.

Eelume a été développé par une société basée à Trondheim, en Norvège. Le robot a été conçu pour explorer les fonds marins, mais aussi pour procéder à des réparations sur des infrastructures immergées.

Eelume : image 1

Eelume, un robot assez atypique.

L’entreprise a ouvert ses portes en 2015, mais elle n’a pas commencé son activité à cette date.

Eelune : un robot pas comme les autres

En réalité, Eelume a été fondée par des chercheurs travaillant pour la NTNU et donc pour l’Université Norvégienne des Sciences et de la Technologie. Ces derniers travaillent depuis plusieurs années sur des solutions robotisées et ils ont créé une entreprise en parallèle de leur activité principale afin de pouvoir commercialiser leur robot.

Ils n’ont d’ailleurs pas travaillé seuls sur ce projet. Pour développer leur prototype, les chercheurs se sont associés avec la SINTEF et donc avec la plus grande organisation indépendante de recherche scientifique sur le territoire scandinave.

Le robot ressemble donc à un serpent et il se présente sous la forme de plusieurs tubes métalliques connectés les uns aux autres par des pièces en plastique épaisses.

Afin de rendre leur solution la plus flexible possible, les chercheurs ont fait le choix de la modularité. Les modules composants le robot pourront ainsi être retirés et remplacés par d’autres pièces. La tête, par exemple, pourra embarquer des caméras et des lampes, mais aussi un sonar, une perceuse, un tournevis ou même un outil dédié au nettoyage.

Un robot modulaire

Cette logique, on la retrouve aussi pour les autres modules. Grâce à ce système, les scientifiques pourront changer de système de propulsion en quelques instants ou même affubler le robot de caméras latérales afin d’obtenir des images d’une zone précise.

La Norvège elle-même soutient le projet. Eelune a effectivement été subventionné par Kongsberg, une société d’État. Cela n’a d’ailleurs rien de surprenant, car ce robot permettra aussi au gouvernement norvégien d’identifier plus facilement les gisements sous-marins.

Des gisements qui lui rapporteront beaucoup d’argent, cela va sans dire.

Comme indiqué plus haut, les chercheurs ont procédé à un premier test dans un fjord situé non loin de la mer de Norvège. Tout s’est bien passé. Le robot s’est comporté comme prévu et l’équipe déployée sur place n’a pas rencontré le moindre problème.

Eelume : image 2 Eelume : image 3 Eelume : image 4 Eelume : image 5 Eelume : image 6

Mots-clés robotrobotique