Un tourbillon hexagonal s’est formé au-dessus du pôle nord de Saturne

Saturne est la deuxième plus grosse planète du système solaire après Jupiter. La géante gazeuse est reconnaissable notamment par son impressionnant système d’anneaux, composés essentiellement de particules de poussière et de glace.

Il se trouve que la planète est le terrain d’un autre phénomène étrange révélé dernièrement par les données recueillies par la mission internationale Cassini-Huygens de la NASA.

Saturne

Un tourbillon en forme d’hexagone et à très haute altitude

Alors que l’été débute dans l’hémisphère nord de Saturne, la sonde spatiale Cassini-Huygens a repéré un étrange tourbillon qui s’est formé au-dessus du pôle nord de la planète. Le tourbillon en question a une forme hexagonale et circule ​​dans la couche de stratosphère de l’atmosphère se Saturne, à des centaines de kilomètres au-dessus des nuages. L’étrange tourbillon rappelle un autre vortex polaire qui avait été découvert précédemment toujours au pôle nord, mais plus bas dans l’atmosphère. Les scientifiques s’interrogent maintenant sur l’origine de ces tourbillons en forme d’hexagone, et s’ils sont liés.

Lorsque la sonde spatiale Cassini-Huygens de la NASA est entrée dans le système de Saturne en 2004, c’était alors l’été dans l’hémisphère sud de la planète, et la sonde avait découvert à l’époque un tourbillon circulaire, chaud et à haute altitude au pôle sud. Rien n’avait été détecté par contre dans l’hémisphère nord, où c’était l’hiver en ce moment-là. C’est comme si les vortex en forme d’hexagone, à basse et haute altitude, se formaient seulement au pôle nord, tandis qu’au pôle sud se forment des vortex circulaires.

Les deux pôles de Saturne se comportent différemment

La différence entre les vortex qui se forment aux deux pôles de Saturne pousse les chercheurs à penser que différents processus sont probablement à l’œuvre aux deux pôles de la planète. Selon Leigh Fletcher, auteur principal de l’étude et scientifique planétaire à l’Université de Leicester en Angleterre, cela pourrait s’expliquer par l’asymétrie des pôles nord et sud de Saturne. Ou alors par le fait que le vortex du pôle nord ait continué à se développer après la fin de la mission de Cassini en septembre 2017.

L’étude du vortex hexagonal à haute altitude de Saturne devrait aider les scientifiques à en apprendre davantage sur les phénomènes atmosphériques, notamment comment les phénomènes plus bas dans l’atmosphère impactent l’environnement à haute altitude.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans le journal Nature Communications.

Mots-clés saturne