Clicky

Un vlogueur adepte de la provocation gratuite arrêté au Québec

Kevin J. Johnston, un vlogueur canadien connu pour ses « talents » de provocateur, a été arrêté un peu plus tôt dans la semaine. Il est poursuivi pour incitation à la haine et il comparaîtra prochainement devant un tribunal pour répondre de ses actes et de ses propos.

Kevin J. Johnston a la quarantaine bien entamée et il est originaire de la ville de Mississauga, une commune située en banlieue de Toronto et donc dans la province de l’Ontario.

Johnston

Connu pour ses multiples provocations, l’homme animait sa propre émission amateur, une émission distribuée sur divers canaux et mise en valeur sur les principales plateformes sociales du marché.

Un vlogueur adepte des provocations

En mars dernier, il s’était retrouvé une première fois sous les feux des projecteurs en promettant une récompense de 1 000 $ à quiconque dénicherait la vidéo d’une prière musulmane tenue dans l’enceinte d’une école publique canadienne, une prière durant laquelle des propos antisémites étaient prononcés.

Plus tard, il avait même augmenté la récompense à une somme de 2 500 $ en évoquant son opération à l’occasion d’une réunion organisée par un groupe d’extrême-droite.

Kevin J. Johnston s’en est en effet souvent pris aux musulmans et il était notamment impliqué dans des campagnes associatives militant pour le retrait des endroits destinés à la prière dans les établissements publics.

Toutefois, l’homme changeait aussi souvent de cible et il lui arrivait ainsi très régulièrement de s’en prendre à Justin Trudeau ou même aux personnes osant s’élever contre ses convictions. Il lui arrivait d’ailleurs souvent de franchir la ligne et il aurait tenu par le passé des accusations extrêmement graves à l’égard de ses opposants, allant même jusqu’à désigner certaines personnes comme des pédophiles et en diffusant en plus des montages de mauvais goûts visant à nuire à la probité de ses ennemis.

Il risque deux ans de prison

Choqués par ses propos, des citoyens originaires de la même région ont rapporté plusieurs de ses vidéos aux autorités et ces dernières ont alors décidé de mener une enquête un peu plus tôt dans l’année.

Elle a conduit à son arrestation en début de semaine. Le procureur général n’a visiblement pas goûté la plaisanterie, car il a décidé de poursuivre le provocateur pour « crime motivé par la haine ». Il passera donc bientôt devant un tribunal pour répondre de ses actes et il risque une peine maximale de deux ans de prison.

Plusieurs médias locaux ont tenté de contacter Kevin J. Johnston pour avoir son ressenti, mais ce dernier n’a pas donné suite. En parallèle, ses comptes Twitter et YouTube ont été suspendus.

Mots-clés justiceyoutube