Clicky

Un YouTubeur risque une peine de 20 ans de prison pour avoir demandé des nudes à des mineures

YouTube a aussi ses célébrités et ces dernières n’ont plus grand-chose à envier aux acteurs ou même aux chanteurs. Austin Jones en sait quelque chose puisque sa chaîne compte tout de même un demi-million d’abonnés. C’était du moins le cas avant qu’il se retrouve face à la justice.

Originaire de l’Illinois, Austin Jones s’est lancé sur YouTube en 2007 afin de partager ses expériences musicales.

YouTube

Sept ans plus tard, en 2014, il a publié un EP et ce dernier s’est hissé à la douzième place du classement iTunes, le propulsant par la même occasion sous les feux des projecteurs.

Austin Jones, un YouTubeur accusé de pédopornographie

Par la suite, l’artiste a repris pas mal de chanson et il a rapidement réussi à fédérer une importante communauté autour de son travail.

La situation a cependant pris une toute nouvelle tournure en mai 2015 lorsqu’un site du nom de PupFresh a publié un article à charge contre le chanteur, un article dans lequel il l’accusait d’avoir demandé à des filles mineures de lui envoyer des photos et des vidéos dénudées.

L’affaire a pris beaucoup d’ampleur dans les mois suivants et le YouTubeur a finalement été arrêté le 12 juin 2017 à l’aéroport international de Chicago. L’artiste est en effet poursuivi pour pornographie enfantine, sous deux chefs d’accusation : un datant de 2016, l’autre de 2017.

Or justement, d’après People, Austin Jones aurait plaidé coupable à l’un de ces chefs d’accusation. Une information confirmée par la suite par un communiqué de presse du bureau du procureur américain dans le Northern District of Illinois.

Entre 5 et 20 ans de prison

Pour le moment, aucun jugement n’a été rendu, mais le YouTubeur risque une peine de prison comprise entre cinq et vingt ans. Une peine qui devra être purgée dans une prison fédérale.

Cette affaire rappelle inévitablement le #BalanceYonYouTubeur qui a secoué la toile et les réseaux sociaux l’année dernière.

En août, Squeezie avait en effet publié une série de tweets pour dénoncer le harcèlement sexuel sur YouTube. L’info avait été massivement reprise par les internautes et dans les médias. Plusieurs YouTubeurs ont alors été pris pour cible. Certains ont même dû faire face à des campagnes de diffamation, à tort puisqu’ils n’étaient pas concernés par les remarques de Squeezie.

Mots-clés youtube