Une Américaine pense avoir trouvé le monstre du Loch Ness sur Google Earth

Lisa S. a une trentaine d’années et elle a récemment perdu son emploi. Depuis son licenciement, elle passe le plus clair de son temps libre à fouiller dans les archives de Google Earth et elle est persuadée d’avoir trouvé une photo représentant le monstre du Loch Ness.

Le Loch Ness occupe une place importante dans le folklore écossais. Depuis les années 30, le loch a en effet attiré de nombreux touristes à la recherche d’une preuve de l’existence du terrible monstre préhistorique censé vivre dans ses profondeurs.

Loch Ness

Un monstre dont l’existence n’a jamais été prouvée, mais qui semble avoir rapporté beaucoup d’argent à la région.

Le monstre du Loch Ness, une affaire très lucrative

Ces informations sont naturellement à prendre avec un certain recul, mais le mythe trouverait ses origines dans un ancien récit fait par un moine irlandais du nom de Saint Colomba : la Vita Columbae.

En 565, ce dernier aurait en effet sauvé son disciple des griffes et des crocs d’une créature infernale vivant dans le loch. Le récit était passé totalement inaperçu à l’époque, mais il a été déterré quelques siècles plus tard après la visite d’un directeur de cirque, un homme du nom de Bertram Mills.

L’homme aurait effectivement fait baigner ses éléphants dans le loch et les riverains auraient pris les animaux pour de terribles monstres. Les récits et autres « témoignages » se sont ensuite faits de plus en plus nombreux au fil des années, contribuant à populariser le mythe.

Si aucune preuve de l’existence du monstre n’a été produite, beaucoup continuent de se passionner pour le mythe et c’est notamment le cas de cette Américaine.

Une étrange photo trouvée sur Google Earth

Suite à son licenciement, Lisa S. aurait en effet commencé à se promener virtuellement dans la région du Loch Ness en s’appuyant sur la solution Google Earth. Loin de se limiter aux cartes proposées par la firme, la femme de trente-et-un ans aurait ensuite entrepris d’éplucher toutes les photos partagées par les contributeurs du service.

Google Earth a en effet été pensé comme un service collaboratif. Chacun peut donc contribuer au projet en partageant ses propres photos ou même ses propres panoramas. Il suffit en effet de suivre la procédure suivante.

Or justement, en fouillant dans les photos prises par un contributeur, Lisa aurait (notez le conditionnel) identifié une forme suspecte à la surface du lac, une forme noire s’étirant en hauteur.

Une photo truquée ?

D’après Gary Campbell, le bénévole en charge du registre « officiel » des observations du monstre, les internautes seraient de plus en plus nombreux à utiliser ce genre de service pour traquer la créature.

Il a d’ailleurs eu l’occasion d’analyser la photo trouvée par l’Américaine et il a décidé de l’ajouter à la liste des observations potentielles.

Maintenant, toute la question est évidemment de savoir si l’image en question a été volontairement truquée avant sa mise en ligne. L’inconvénient des services collaboratifs, c’est que n’importe qui peut mettre en ligne n’importe quoi.

En attendant, sachez qu’un scientifique est bien décidé à faire toute la lumière sur le mythe, cette fois en s’appuyant sur des analyses rationnelles.