Une autre théorie pour expliquer pourquoi nous n’avons toujours pas rencontré d’extraterrestres

Le paradoxe de Fermi, émis en 1950 par le physicien italien Enrico Fermi, pourrait se résumer en la question suivante : notre univers est si grand et si vaste qu’il regorge de réserves quasi infinies de mondes potentiellement porteurs de vie. Mais alors où se cachent les autres habitants de l’univers ?

Les scientifiques se cassent la tête depuis des décennies pour tenter d’élucider cette anomalie scientifique troublante.

espace

Crédits Pixabay

Un physicien théoricien russe, du nom d’Alexander Berezin, a sa propre opinion sur la réponse au paradoxe de Fermi.

Une nouvelle approche du paradoxe de Fermi

Le physicien théoricien Alexander Berezin de l’Université Nationale de Recherche en Technologie Electronique (MIET) en Russie a sa propre explication de la raison pour laquelle nous sommes apparemment seuls dans l’univers. Il propose ce qu’il appelle la solution du « Premier entré, dernier sorti ».

Selon l’analyse de Berezin, qui doit encore être examinée par d’autres scientifiques, le paradoxe de Fermi a une « solution triviale, qui ne requiert aucune hypothèse controversée » mais qui peut s’avérer « difficile à accepter, car elle prédit un avenir pour notre propre civilisation qui est encore pire que l’extinction ».

Berezin pense que le problème avec certaines solutions proposées au paradoxe de Fermi est qu’elles définissent la vie extraterrestre de manière trop étroite. « La nature spécifique des civilisations apparaissant au niveau interstellaire ne devrait pas avoir d’importance », écrit-il. « Elles pourraient [être] des organismes biologiques comme nous, des IA qui se sont rebellées contre leurs créateurs, ou des esprits répartis à l’échelle planétaire, comme ceux décrits par Stanislas Lem dans Solaris. »

Pour résoudre le paradoxe, Berezin croit que le seul paramètre qui devrait nous préoccuper – en termes de définition de la vie extraterrestre – est le seuil physique à partir duquel nous pouvons observer son existence.

Serions-nous les rescapés d’une bataille interstellaire ?

La théorie du « Premier entré, dernier sorti » proposée par Berezin est un scénario assez sombre. « Que se passera-t-il si la première vie qui atteint la capacité du voyage interstellaire supprime nécessairement toute concurrence pour alimenter sa propre expansion ? », voici la question à l’origine de la théorie de Berezin.

Comme il l’explique lui-même, cela ne signifie pas nécessairement qu’une civilisation extraterrestre très développée effacera consciemment d’autres formes de vie, mais peut-être qu’ « elle ne les remarquera tout simplement pas, de la même manière qu’une équipe de construction démolit une fourmilière pour construire un bâtiment parce qu’ils n’ont pas de motivation particulière pour la protéger ».

Si l’on suppose que l’hypothèse ci-dessus est correcte, qu’est-ce que cela signifierait pour notre avenir ? Selon Berezin :« La seule explication est l’invocation du principe anthropique. Nous sommes les premiers à arriver au stade [interstellaire]. Et très probablement, nous serons les derniers à partir. »

Cette théorie ouvre une perspective assez terrifiante du paradoxe de Fermi. En somme, nous sommes peut-être les gagnants d’une course mortelle dans laquelle nous ne savions même pas que nous étions engagés. Berezin lui-même espère que sa théorie n’est pas la réponse au paradoxe de Fermi.

Le rapport détaillé de la théorie de Berezin est disponible ici.

Mots-clés extraterrestres