Une baleine a été retrouvée morte avec près de 40 kg de plastique dans l’estomac

La pollution de l’océan n’en finit pas de faire des ravages chez la faune marine. Le 16 mars 2019, le cadavre d’une baleine a été découvert au large des Philippines. À l’issue d’une autopsie, les légistes ont découvert que l’estomac de l’animal contenait près de 40 kg de déchets plastiques.

Dans un post Facebook, Darrell Blatchley, propriétaire du D’Bone Collector Museum aux Philippines, a révélé qu’on a retiré près de « 16 sacs de riz, 4 sacs de style bananeraie et plusieurs sacs de magasinage » de l’appareil digestif de la pauvre bête.

Une baleine à bosse a été retrouvée dans la jungle brésilienne et personne ne sait comment elle est arrivée là

Crédits pixabay.com

Dans un entretien avec le New York Times, Blatchley a déclaré que c’est sans nul doute l’un des pires cas d’ingestion de plastique par une baleine.

Ce n’est pas la première fois

Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé. Récemment, on a retrouvé 3 kg de déchets plastiques dans l’estomac de deux baleines mortes sur des plages en Thaïlande. On a aussi retrouvé 64 kg de déchets dans les intestins d’un cachalot dont la dépouille s’est échouée au large de l’Espagne.

Pour ce qui est de la baleine morte retrouvée aux Philippines, Darrell Blatchley a révélé que « Le plastique dans certaines régions était si compact qu’il était presque en train de se calcifier, presque comme une brique pleine. Cela faisait si longtemps qu’il commençait à se compacter. »

Le plastique, un véritable fléau marin

Les déchets plastiques jetés à la mer comptent parmi les principales sources de pollution marine. Ils représentent un véritable danger pour les créatures qui vivent dans l’océan. D’après une étude publiée en 2015 dans Environmental Research Letters, 99 % des déchets s’accumulent dans les fonds marins et sont mangés par les animaux qui pensent que c’est de la nourriture.

Pour ce qui est des Philippines, l’archipel fait partie des plus grands producteurs mondiaux de déchets marins en plastique si l’on en croit une étude de l’Ocean Conservancy qui date de 2015. Le pays produirait près de 2,7 millions de tonnes de déchets par an, soit une moyenne de 4 609 tonnes par jour.

Heureusement, des programmes locaux ont été mis en place dans le but de réduire le fléau. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un combat commun.