Clicky

Une entreprise belge a implanté une puce électronique à plusieurs de ses employés

Newfusion, une entreprise belge, a implanté une puce RFID sous la peau de certains de ses employés. Ils étaient tous volontaires pour se prêter à cette expérience, mais cela n’empêche pas l’entreprise d’être la cible de vives critiques. Beaucoup de gens s’inquiètent en effet des dérives que peuvent avoir de telles pratiques.

La puce est implantée au niveau de la main, dans la partie charnue située entre le pouce et l’index.

RFID Entreprise

Une entreprise a implanté une puce RFID dans la main de certains de ses employés.

Le dispositif est assez compact et il fait ainsi la taille d’un grain de riz.

Newfusion a implanté une puce RFID dans la main de huit de ses employés

La pose se fait assez rapidement. La puce est chargée dans une grosse aiguille et elle est poussée ensuite sous la peau. Le coût unitaire est fixé à une centaine d’euros.

Il intègre de nombreux composants différents, et notamment un module de communication. Grâce à lui, la puce peut échanger des informations avec divers équipements et elle est par exemple capable d’identifier les salariés et de leur ouvrir ainsi les portes des locaux de l’entreprise.

C’est d’ailleurs ce qui a poussé Newfusion à se lancer dans cette surprenante expérimentation. Comme Tim Pauwels l’a expliqué lui-même à nos confrères de RTBF, « l’idée [de cette puce] a germé après que plusieurs employés ont perdu leurs badges ».

Désormais, grâce à elle, les salariés de la société ne craignent plus de se retrouver à la porte. Il leur suffit en effet de tendre la main vers le panneau de contrôle pour lancer le processus d’identification.

Un système qui remplace les badges

Newfusion n’a pas imposé cette puce à tous ses employés. Ces derniers étaient libres de l’accepter ou de la refuser.

Toutefois, selon Alexis Deswaef, le président de la ligne des Droits de l’Homme, la mise en place ce dispositif est loin d’être un acte anodin : « C’est un réel danger. On flique dorénavant les employés au plus profond de leur chair. C’est un outil de contrôle total. On peut savoir à quelle heure l’employé a commencé son service, quand celui-ci a pris sa pause cigarette. On analysera ensuite s’il est assez productif ? Que fera-t-on de cette collecte de données ? Dans le futur, braderons-nous un peu plus nos droits à la vie privée pour plus de sécurité ou de confort ? ».

Ce n’est pas la première fois qu’une entreprise utilise la technologie RFID sur ses employés. En avril 2016, Sanofi avait en effet équipé les badges de trois mille employés d’une puce de ce type afin de suivre leurs déplacements à travers les locaux de Gentilly. L’entreprise souhaitait en effet savoir si la disposition des lieux correspondait à leurs attentes. Toutefois, dans ce cas, toutes les données étaient anonymisées afin d’éviter d’éventuels débordements.

Mots-clés emploiinsoliterfid