Une étude diachronique de la langue sur les réseaux sociaux

Depuis toujours, les langues évoluent de génération en génération, suivant les transformations des usages et de la société. Ainsi, l’apparition de nouvelles dimensions fait naître de nouveaux jargons. Par l’émergence des réseaux sociaux, la génération actuelle a créé de nouvelles compétences linguistiques. Comment la langue évolue-t-elle sur les réseaux sociaux ? C’est la question abordée dans l’opération « Vos pouces pour la science ».

Il s’agit d’une étude menée par des chercheurs de l’Université catholique de Louvain (UCL), en Belgique. Dans le cadre de la recherche, ils invitent tous les utilisateurs de ces plateformes d’interactions sociales à participer. Ces derniers sont priés de céder une partie de leurs données personnelles au profit de cette recherche sur la langue française.

Etude Langue

L’institution promet que les informations récoltées seront d’abord rendues anonymes avant d’être traitées. Il faudra attendre deux ans pour connaitre les résultats de l’étude.

De nouvelles règles

Selon l’avis de Louise-Amélie Cougnon, chargée de recherche au sein de l’UCL, « quand on parle des écrits numériques, on parle souvent d’incompétence, disant que les jeunes écrivent de plus en plus mal. » Elle propose que les changements observés, notamment dans le « langage des jeunes, » ne soient pas forcément négatifs.

« Cette langue a ses propres règles qu’il s’agit de comprendre, » a-t-elle affirmé. Les chercheurs auraient remarqué que les plus jeunes utilisateurs savent « jongler entre une écriture normée et une langue avec laquelle on joue, où l’on remplace des lettres par des chiffres ou des émoticônes. »

De nouvelles compétences

Les chercheurs supposent que de nouvelles compétences sociales et psychologiques se sont développées au cours de dix dernières années. Afin de vérifier l’hypothèse, ils comptent proposer des questionnaires aux participants. Par ailleurs, l’équipe va également scruter des conversations tenues par ces derniers sur Facebook, WhatsApp, Viber, Telegram ou Skype.

« Nous voulons étudier le langage qui transite via les réseaux sociaux afin de voir à quel point nous développons de nouvelles compétences, » explique Louise-Amélie Cougnon. Pour participer, il suffit de se rendre sur le site web de l’initiative et de suivre les indications. Le recrutement se limiterait à environ dix-mille participants.

Le délai d’inscription expirera d’ici le 07 mai 2017.