Une étude révèle un lien entre gentillesse et problèmes d’argent

Vous trouvez que vous êtes souvent en proie à des problèmes d’argent ? Et si c’était parce que vous êtes quelqu’un de beaucoup trop sympa ? C’est en tout cas ce que suggère une récente étude menée et publiée par des chercheurs de la Columbia Business School et l’University College London, au Royaume-Uni.

Selon cette étude, les gens gentils seraient plus susceptibles d’être confrontés à des difficultés financières. Pour parvenir à une conclusion aussi étonnante, les scientifiques des deux universités se sont basés sur près de trois millions de participants à travers diverses méthodes.

Il faut préciser que les méthodes en question impliquent principalement l’analyse de données publiques, une enquête nationale ainsi que des sondages en ligne.

Plus de difficultés financières quand on est gentil ?

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs de la Columbia Business School et de l’University College London se sont particulièrement penchés sur les données financières des participants en question originaires de deux régions du Royaume-Uni.

Les scientifiques ont alors découvert que les problèmes d’argent étaient plus fréquents dans la région où les habitants sont plus agréables.

D’après les explications de Sandra Matz, principale co-auteur de l’étude, la recherche a surtout pour but de « comprendre le facteur potentiel de difficultés financières pouvant avoir de graves conséquences sur le bien-être des personnes. » Les résultats n’en restent pas moins très troublants, surtout si vous être justement quelqu’un de très sympathique.

Quel rapport entre la gentillesse et les problèmes d’argent ?

Par le passé, de nombreuses études ont déjà démontré qu’il y a un lien étrange entre les personnes gentilles et les faibles revenus. Selon Sandra Matz, c’est surtout parce que les gens au tempérament agréable ont la fâcheuse tendance à beaucoup moins se soucier de l’argent que leurs comparses au caractère opposé : »

« Nous avons constaté que l’acceptabilité était associée à des indicateurs de difficultés financières, notamment une réduction de l’épargne, une augmentation de la dette et des taux de défaut plus élevés », a déclaré Gladstone. « Cette relation semble être motivée par le fait que les gens agréables se soucient simplement moins de l’argent et courent donc un risque plus élevé de mauvaise gestion de l’argent. »

Rassurez-vous, il ne s’agit pas non plus d’une fatalité. Sandra Matz assure que ce n’est pas parce que vous vous montrez gentil avec les autres que vous allez forcément finir pauvre ou bien toujours fauché. En réalité, selon l’étude, les personnes dotées d’un tempérament agréable ne courent pas tous le même risque de se retrouver dans une situation financière compliquée. Toujours selon Gladstone, la relation était plus forte pour les personnes ne disposant pas de moyens financiers pour compenser les effets néfastes de leur sympathie.

Les chercheurs en ont donc conclu qu’être gentil et faire confiance à ses semblables pouvait engendrer des coûts financiers, des coûts d’autant plus importants pour les personnes ne disposant pas de suffisamment de moyens pour compenser leur personnalité.

Mots-clés psychologie