Une femme transgenre a pu pour la première fois allaiter son enfant

Un transgenre est devenu la première femme transgenre  à allaiter son bébé avec succès, rapporte le Washington Post, citant une étude publiée le mois dernier dans Transgender Health. Le transgenre de 30 ans a déclaré qu’il avait décidé d’allaiter son bébé qui n’était pas encore né.

Son partenaire était enceinte du bébé, mais ne prévoyait pas de l’allaiter, rapporte le Post.

Allaiter

Un procédé complexe pour arriver à produire du lait

Selon l’étude, le transgenre a subi un traitement de trois mois et demi qui comprenait un médicament pour stimuler la lactation et l’hormonothérapie pour supprimer la testostérone. Le patient n’avait pas encore subi de chirurgie de changement de sexe, selon le rapport.

Une hormone appelée prolactine stimule habituellement la production de lait maternel chez les femmes qui viennent d’accoucher, mais ce produit chimique n’est pas disponible en tant que médicament de laboratoire. Au lieu de cela, le transgenre a décidé d’utiliser un médicament contre les nausées appelées dompéridone pour déclencher le lait maternel. Il existe des preuves anecdotiques que ce médicament peut stimuler la production de lait, mais l’US Food and Drug Administration a prévenu que ce médicament ne devrait pas être utilisé à cette fin.

227 grammes de lait par jour

Le patient a reçu des suppléments additionnels pour induire la lactation et aurait utilisé un tire-lait, selon l’étude. Après un mois de traitement, il produisait des « gouttelettes » de lait. Après trois mois, le patient aurait été en mesure de produire 227 grammes de lait par jour.

Selon l’étude, le patient a allaité le bébé pendant les six premières semaines après la naissance, période pendant laquelle « la croissance, l’alimentation et les habitudes intestinales de l’enfant étaient appropriées au développement ». Plus tard, selon l’étude, le patient a dû compléter l’allaitement maternel puisqu’il ne produisait pas assez de lait.

Des effets inconnus à long terme

Toutefois, le lait produit par le transgenre n’a pas encore été évalué, donc on ignore s’il contient le même mélange de nutriments que le lait des nouvelles mères gestationnelles. Cela signifie que la pratique ne peut pas encore être recommandée, explique Madeline Deutsch de l’Université de Californie à San Francisco (également transgenre). Selon elle, cela peut avoir des avantages potentiels de l’allaitement maternel, mais l’impact à long terme du lait sur le bébé reste inconnu.

Mots-clés biologie