Clicky

Une imprimante 3D pour construire les abris lunaires

L’Agence Spatiale Européenne tente inlassablement d’étudier la faisabilité de la production de briques sur la surface de la Lune. Suite à la cuisson d’un similirégolithe via un four solaire et l’impression 3D qu’elle a expérimenté, l’agence vient d’obtenir des résultats concluants qui lui permettraient d’assurer la construction de son futur village lunaire. Pour la réalisation de ce grand projet, l’ESA prévoit de collaborer avec la Chine.

Pour construire les abris lunaires, l’ESA se penche particulièrement sur la possibilité d’utiliser l’impression 3D pour exploiter des ressources locales. Selon l’agence, les matériaux disponibles sur place pourront être utilisés pour construire des infrastructures capables de protéger les futurs explorateurs contre les rayonnements cosmiques et même d’éventuelles chutes de météorites.

Lune 3D

L’Agence européenne abandonne donc l’idée d’apporter des matériaux nécessaires à la construction des habitations de son futur village lunaire depuis la Terre.

Une matière lunaire artificielle pour fabriquer des briques

Les recherches des ingénieurs du projet RegoLight vont dans le bon sens. Ils ont en effet réussi à fabriquer des briques avec de la matière lunaire artificielle en seulement cinq heures. Les briques ont une longueur de 20 cm, une largeur de 10 cm et une épaisseur de 3 cm.

Advenit Makaya, superviseur du projet pour l’ESA a indiqué que « Nous avons fabriqué une matière qui avait les mêmes propriétés que le régolithe à partir de la roche volcanique et nous l’avons chauffé à mille degrés dans un four solaire. » Ce procédé évite l’usage de liant.

L’impression 3D pour construire des maisons lunaires

Actuellement, l’Agence Spatiale Européenne est en train d’étudier de très près la construction de sa future base lunaire avec une imprimante 3D. L’idée serait d’édifier automatiquement des habitations rudimentaires en se servant des matériaux de la surface de la Lune ou de quelques astéroïdes.

D’ailleurs, pour aller plus loin dans ses expérimentations, l’ESA décide de travailler en étroite collaboration avec le cabinet d’architectes Foster+Partners et utilise D-Shape, cette imposante imprimante 3D pouvant bâtir les édifices les plus imposants.

Cette machine surprenante, commandée par un ordinateur, permet de créer une structure couche après couche grâce à une buse qui étale un alliage métallique suivant les plans d’un modèle virtuel. Dans le cadre de ses recherches, l’ESA a donc réalisé un bloc de 1,5 tonne capable de protéger les futurs colons de la Lune contre les radiations dangereuses de l’espace.

Share this post

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !