Clicky

Une intelligence artificielle apprend à jouer à Battlefield

Magnus Nordin, le directeur technique du département SEED ou Search for Extraordinary Experiences d’Electronic Arts a conçu une intelligence artificielle autodidacte capable de jouer à Battlefield. Le département SEED a été fondé en 2016 et a pour objectif d’explorer ce à quoi ressemblera le divertissement interactif de demain.

L’idée de mettre au point une intelligence artificielle autodidacte a émergé dans l’esprit de Magnus Nordin en 2015 lorsqu’il a appris l’exploit réalisé par DeepMind qui avait créé une intelligence artificielle capable de jouer aux titres Atari.

Cet exploit l’a tellement marqué qu’il s’était demandé si une intelligence artificielle était capable de jouer à des jeux modernes AAA du type de Battlefield. C’est ainsi qu’il rejoint SEED et crée sa propre équipe d’apprentissage pour observer l’autoapprentissage du jeu Battlefield par une intelligence artificielle.

Un défaut de mémoire

L’équipe de Magnis Nordin a tout d’abord mis au point un FPS tridimensionnel et a formé un réseau neuronal. Après avoir été satisfaits de leur propre jeu, Magnus Nordin et son équipe ont collaboré avec l’équipe DICE pour intégrer l’intelligence artificielle dans le jeu.

Suite à de nombreux playtests, l’équipe a constaté que la technologie avait du mal à mémoriser les cartes à la fois grandes et complexes et qu’elle éprouvait des difficultés à accomplir des gestes simultanés, pourtant nécessaires dans un titre aussi nerveux que Battlefield.

Des IA dans les divertissements de demain

Alors que l’IA semble bien se défendre dans le gameplay de base de Battlefield, celle-ci a plus de mal en jouant face à un être humain. De même, Battlefield met en avant plusieurs stratégies de jeu comme le travail d’équipe, la connaissance des cartes et des équipements.

Pour remédier à ce problème, EA a décidé de suspendre les tests de jeu contre les humains pour permettre à l’IA d’observer le déroulement d’une partie du jeu entre deux joueurs. Cet apprentissage par imitation a permis à l’IA d’accroître considérablement ses compétences de jeu même si elle fait toujours preuve de lenteur dans ses mouvements et déplacements.

Selon Electronic Arts, le divertissement de demain comptera à coup sûr des intelligences artificielles. Néanmoins, il reste très peu probable que ces IA puissent rivaliser avec des joueurs professionnels de FPS de si tôt.

Mots-clés battlefield

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !