Voie lactée : une nouvelle étoile repérée, mais elle vient peut-être d’ailleurs

La découverte d’une nouvelle étoile baptisée J1124 + 4535 suscite actuellement l’intérêt des scientifiques, en raison de la singularité de sa composition chimique qui semble indiquer qu’elle ne provient pas de notre galaxie.

En effet, les scientifiques chinois qui ont découvert cette nouvelle étoile croient qu’elle a appartenu à une autre galaxie que la Voie Lactée, les chercheurs mettant en avant la composition chimique de J1124 + 4535 qui diffère sensiblement de celle des étoiles de notre galaxie.

Crédits Pixabay

L’étude de ce nouvel objet céleste a été publiée dans la revue Nature Astronomy. Les conclusions des scientifiques indiquent que la signature chimique de cette étoile, pauvre en métal, est à attribuer à une galaxie naine qui s’est fait happer par la Voie Lactée dans le passé.

La thèse de l’accrétion des étoiles

Dans leur étude Qian-Fan Xing et Gang Zhao apportent la preuve que l’étoile J1124 + 4535 provient d’une galaxie naine satellite de la Voie Lactée.

En étudiant le rapport d’abondance de l’Europium (Eu) par rapport au Fer (Fe) et la richesse en métal de cette étoile, notamment en Magnésium (Mg), ils sont parvenus à la conclusion que l’évolution de cette étoile ne correspond pas à celle des autres étoiles de notre galaxie.

En effet, pour J1124 + 4535, l’abondance en éléments lourds et la faible métallicité témoignent d’une évolution chimique plus longue qui s’est produite en marge de notre galaxie.

Mais au fil du temps, les courants stellaires ont amené la galaxie à laquelle l’étoile a appartenu sur le chemin du nôtre, qui l’a ensuite intégré. Un phénomène que les scientifiques nomment l’accrétion stellaire.

La Voie Lactée se nourrit des galaxies naines qui l’entourent

J1124 + 4535 est située dans la constellation de la Grande Ourse (Ursus Major), et elle a été découverte grâce au télescope LAMOST (Large Sky Area Multi-Object Spectroscopic Telescope). C’est la signature chimique différente de l’étoile, comparée à celles des étoiles qui l’entourent qui a conduit les scientifiques à se pencher sur son cas.

Cette découverte met en lumière la capacité de notre galaxie à se nourrir des galaxies de petites tailles qui l’entourent au fur et à mesure de son expansion. D’ailleurs, cette situation accrédite la thèse des scientifiques qui pensent que les galaxies naines seraient les principaux éléments qui ont constitué notre galaxie.

Mots-clés astronomie