Clicky

Une particule théorique pour créer un ordinateur quantique impossible à hacker

L’US Army aurait découvert en 2017 une particule théorique qui permettrait de concevoir un ordinateur quantique impossible à pirater. À l’heure actuelle, l’armée américaine prévoit d’utiliser la signature révélatrice de cette particule pour construire un ordinateur inviolable.

Pour faire cette découverte, l’armée américaine a financé des études conduites par un groupe de chercheurs des universités UC Irvine, UCLA et Stanford. Les scientifiques avaient annoncé avoir trouvé la première preuve solide de l’existence du fermion de Majorana, une particule insaisissable théorisée il y a de cela 80 ans.

Clavier

Dans un communiqué publié le 16 avril 2018, l’armée des USA a annoncé qu’elle envisageait de déployer le fermion Majorana contre les cyberattaques.

Une composante clé des ordinateurs quantiques

Selon l’armée américaine, cet élément sera indispensable pour créer des ordinateurs quantiques qui seront utilisés pour analyser les données militaires. Le fermion Majorana sera la base de l’informatique quantique qui sera virtuellement impossible à déchiffrer, car elle sera capable de stocker des données sans succomber aux interférences électromagnétiques.

En plus de cela, tout intrus dans un système quantique contrôlé par l’armée serait incapable d’accéder aux données du système sans le corrompre et alerter l’armée de l’intrusion. L’armée US compte utiliser les particules de Majorana comme des qubits (unité fondamentale des données dans un ordinateur quantique, similaire au bit) dans les ordinateurs quantiques topologiques.

Le fermion de Majorana, indispensable

Grâce au fermion de Majorana, l’armée pourra créer des ordinateurs quantiques topologiques qui seront tolérants aux erreurs plutôt que de corriger à chaque fois les erreurs rencontrées comme l’explique Kang Wang, professeur d’ingénierie électrique à l’UCLA. « Imaginez que les bits de données dans les ordinateurs standards sont comme les voitures voyageant dans les deux sens sur l’autoroute à deux voies. »

« Un ordinateur quantique pourrait avoir plusieurs voies et plusieurs niveaux de trafic et les voitures pourraient sauter entre les niveaux et voyager dans les deux directions en même temps, dans chaque voie et à chaque niveau. » explique Kang Wang.

D’après lui, l’armée a besoin de « voitures » quantiques stables et blindées pour réaliser de tels exploits et les particules de Majorana sont ces « supercars. » Cela représente un pas en avant pour les USA sur la course à l’informatique quantique.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !