Une personne sur dix a déjà consulté son téléphone pendant un rapport sexuel

Kostadin Kushlev travaille comme chercheur en psychologie à l’Université de Virginie et il s’intéresse depuis longtemps à nos smartphones ou, plutôt, à l’impact de ces appareils sur notre vie quotidienne. Il a d’ailleurs dirigé une nouvelle étude au début de l’année auprès de plusieurs étudiants et les résultats obtenus risquent de surprendre pas mal de monde.

Cette étude a été menée en partenariat avec des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique et elle a porté sur un peu plus de deux cents étudiants âgés d’une vingtaine d’années.

Etudiant smartphone

Les étudiants seraient un peu trop accros à leur smartphone.

Pendant deux semaines, ces scientifiques ont analysé le moindre de leurs faits et gestes afin de déterminer l’impact de l’hyper-connectivité sur leur vie. Ils leur ont aussi posé de nombreuses questions portant sur leurs habitudes et la manière dont ils utilisent leur téléphone.

Peu d’étudiants sont désormais capables de se passer de leur smartphone

En compilant leurs résultats, les chercheurs se sont rendus compte que peu d’étudiants sont désormais capables de se passer réellement de leur smartphone.

Preuve en est, sur toutes les personnes sondées, 95 % auraient utilisé leur terminal lors d’un rassemblement social, et 70% pendant le travail. Mais ce n’est pas le plus stupéfiant car 10 % des personnes ayant participé à l’étude aurait déjà consulté leur smartphone pendant… un rapport sexuel.

Kostadin et ses collègues n’en sont pas restés là, bien sûr, et ils ont aussi cherché à déterminer si les smartphones avaient une incidence sur les facultés de concentration des élèves.

C’est malheureusement le cas. Les étudiants habitués à garder leur téléphone sur eux pendant les cours auraient plus de difficultés à se concentrer que les autres. Ils présenteraient ainsi des signes d’inattention et d’hyperactivité.

Attention, les smartphones sont source d’inattention et d’hyperactivité

Le plus surprenant, c’est que cela vaut aussi pour des élèves qui n’ont pas été diagnostiqués comme souffrant d’un TDAH.

Kostadin estime d’ailleurs que ces troubles pourraient être encore plus importants chez des individus possédant un smartphone depuis l’enfance.

Tout n’est cependant pas perdu car il existe un moyen pour réduire ces effets : il suffit d’activer le mode silencieux sur le téléphone. Alors ça, pour une nouvelle, c’est une sacrée nouvelle, n’est ce pas ? Oui mais le mieux, finalement, c’est de ne pas passer tout son temps avec son téléphone au fond de la poche.

La prochaine fois que vous partez en balade, il pourra donc être judicieux de ne pas prendre votre terminal avec vous ou… partir vous promener dans une zone blanche.

Mots-clés insolitesociologie