Une YouTubeuse a fait la manche pour pouvoir acheter l’iPhone X

Nadia Proks s’est livrée à une expérience pour le moins étonnante. Elle a effectivement fait la manche pendant plusieurs heures devant un Apple Store pour réunir des fonds afin d’acheter l’iPhone X.

Apple a fêté cette année le dixième anniversaire de son téléphone et la firme a donc eu l’idée de lancer pas moins de trois téléphones positionnés sur le haut de gamme afin de marquer le coup. Les deux premiers sont disponibles chez tous les revendeurs depuis un peu plus d’une semaine maintenant, mais l’iPhone X ne sortira pas avant le mois de novembre.

iPhone X

En attendant, une YouTubeuse a eu l’idée de mettre ce temps à profit pour réunir les fonds nécessaires à l’acquisition du terminal.

Elle a fait la manche devant un Apple Store pour s’acheter un iPhone X

L’iPhone X sera en effet loin d’être donné. Apple a opté pour une tarification très élevée et le terminal sera ainsi proposé en France à partir de 1159 € pour la version de base, une version dotée de seulement 64 Go de stockage.

Pour aller plus loin, les consommateurs pourront bien sûr  s’orienter vers le second modèle et ses 256 Go de mémoire interne, mais ce dernier sera cette fois commercialisé à un prix de 1329 € et il s’approchera ainsi du prix du tout premier MacBook.

Nadia n’était pas prête à mettre un tel prix dans un téléphone et elle a donc décidé de s’appuyer sur la générosité des gens pour pouvoir l’acheter.

Une expérience sociale

La YouTubeuse s’est donc rendue devant l’Apple Store de Barcelone et elle s’est assise contre le mur avec un gobelet et une pancarte sur laquelle était écrit un message direct : « Pouvez-vous m’aider à acheter l’iPhone X ? ».

L’initiative a rencontré un certain succès et de nombreuses personnes ont ainsi donné de l’argent à la jeune femme. En l’espace d’une heure et demie, cette dernière a ainsi réussi à accumuler un peu plus de 19,50 €.

Ce n’est évidemment pas assez pour acheter l’iPhone X, mais ce n’est pas vraiment un problème, car Nadia ne comptait de toute façon pas le prendre. En réalité, par cette expérience, elle souhaitait surtout voir comment les gens réagissaient face à une personne faisant la manche pour un bien n’ayant rien à voir avec un produit de première nécessité.