Uranus sentirait les œufs pourris

Les chercheurs ont résolu l’un des mystères de notre système solaire. Il s’agit de l’odeur se dégageant de la planète Uranus. Un article paru le lundi 23 avril 2018 dans Nature explique que la planète sentirait les œufs pourris. Cette odeur proviendrait d’un gaz émanant des nuages de sulfure d’hydrogène que contiendrait Uranus.

L’auteur de l’étude, le professeur de physique à l’université d’Oxford, Patrick Irwin, donne de plus amples informations.

Satellites Uranus

Selon le scientifique, si un malheureux devait tomber du ciel et atterrir sur Uranus, il serait confronté à des conditions plus que pénibles sur la planète, notamment son odeur fétide et nauséabonde. Néanmoins, l’odeur n’est pas le seul problème. Uranus présente également une température extrêmement froide et un taux d’oxygène très faible.

Patrick Irwin déclare ainsi que les visiteurs de cette planète risquaient de mourir de suffocation s’ils ne mouraient pas avant de froid.

Une température de -200°C

La température d’Uranus serait de moins deux cents degrés Celsius et son atmosphère serait principalement composée de méthane, d’hydrogène et d’hélium. En 1986, la sonde spatiale Voyager 2 de la NASA a effectué une courte visite sur la planète sans avoir pu observer son atmosphère en détail.

À cette époque, les chercheurs ont supposé que l’atmosphère d’Uranus était constituée de glace, d’ammoniac et de sulfure d’hydrogène. Toutefois, aucune preuve n’est venue étayer ces suppositions jusqu’à présent.

Un groupe de scientifiques a néanmoins réussi à trouver la composition des molécules de gaz d’Uranus en utilisant le télescope Gemini North à Maunakea, à Hawaii.

Un grand pas dans la compréhension de l’Univers

Le télescope Gemini est muni d’un spectromètre à champ intégral proche infrarouge ou NIFS. Cela permet de filtrer la lumière du soleil réfléchie au-dessus des nuages ​​dans l’atmosphère d’Uranus en lignes spectrales.

Ainsi, il permet de décrire la composition des molécules de gaz.

Cette découverte marque une étape importante dans la compréhension des planètes de glace comme Uranus et Neptune et des planètes gazeuses Jupiter et Saturne. Le co-auteur du document et chercheur principal à l’université de Leicester, Leigh Fletcher, déclare que cette étude a permis de montrer dans quelles conditions les deux types de planètes étaient formés.

Selon ces chercheurs, déterminer la composition chimique d’Uranus est la clé pour comprendre la structure du système solaire.

Mots-clés espaceuranis