VAR, l’assistance vidéo à l’arbitrage fait débat en Australie

Le football, l’un des sports collectifs les plus appréciés au monde poursuit sa route vers la migration technologique. Durant la A-league en Australie, un nouvel instrument sera utilisé pour apporter de l’amélioration dans ce domaine. Il s’agit de l’assistance vidéo à l’arbitrage, la VAR.

La Fédération australienne a annoncé que la VAR est maintenant testée dans d’autres pays. Cette fois-ci, le match de Melbourne City contre Adelaide United à Melbourne (sud) sera assisté par cette nouvelle technologie. Son déploiement est très discuté, malgré tout, il faudra attendre jusqu’à vendredi pour savoir ce qu’elle vaut vraiment.

VAR Australie

Par ailleurs, il ne s’agit pas de sa première intervention, elle était déjà utilisée depuis six mois au cours des matchs de niveau inférieur.

La VAR en Australie

D’après le directeur de l’arbitrage au sein de la FFA, Ben Wilson, la VAR devrait fonctionner efficacement pendant la rencontre du vendredi. Comme elle était déjà utilisée auparavant avec les matchs de niveau inférieur, la plupart des failles ont pu être corrigées.

Il a ajouté qu’ils ont travaillé sur de nombreux points pour perfectionner le système, et notamment sur « l’appréciation des erreurs, sur la durée nécessaire à la prise de décision et sur la communication de ces décisions aux diffuseurs et aux supporteurs. » Pour sa part, il est satisfait des travaux d’amélioration qui ont été réalisés.

L’intervention de la VAR pourra parfois interrompre les matchs pendant des courtes durées de 30 à 40 secondes. Cependant pour le directeur, « le principal objectif est de prendre les bonnes décisions. » Il a ajouté que ce n’est pas grave, même si ça prend du temps.

Une technologie qui changera la façon d’arbitrer

Les Français ont déjà été témoins de l’intervention de l’arbitrage vidéo au cours d’un match amical opposant les Bleus à l’Espagne. Les avis divergent, certains pensent que la technologie est très efficace et mérite d’être appliquée tandis que d’autres préfèrent l’ancienne ambiance du football.

Pendant ce match, l’intervention de la VAR a permis de résoudre deux problèmes d’arbitrage. Le premier était le refus d’un but d’Antoine Griezmann à cause d’un hors-jeu. La seconde était la validation d’un but espagnol que l’arbitre assistant avait déclaré comme hors-jeu.

Comme le président de la FIFA, Gianni Infantino est bien optimiste avec la technologie VAR, il est fort probable qu’elle sera au rendez-vous durant la coupe du monde en 2018.

Mots-clés footbalnopubsport