Ventes d’iPhone : Ming Chi Kuo sabre Apple dans ses prévisions pour le Q1 2019

Noël approche, mais pas pour tout le monde. Suite aux dernières estimations du très bien renseigné Ming-Chi Kuo, la situation d’Apple en bourse pourrait bien continuer de s’envenimer au cours des prochaines semaines – et potentiellement tout au long du premier trimestre 2019. L’analyste, travaillant actuellement pour le cabinet TF International Securities, vient en effet de revoir à la baisse ses prévisions en matière de ventes d’iPhone pour le Q1 2019.

Véritable baromètre pour les investisseurs, les prévisions de Ming-Chi Kuo font souvent la pluie et le beau temps en bourse… Et si l’on en croit ses derniers rapports, Apple a donc du souci à se faire. D’après lui, les ventes d’iPhone devraient continuer de s’effriter en 2019. Il revoit ainsi ses précédentes estimations en baisse de 20% et estime qu’Apple ne serait pas en mesure d’écouler plus de 38 à 42 millions de ses smartphones sur le Q1 2019. Précédemment, cette estimation se calait plutôt sur une fourchette comprise entre 47 et 52 millions d’exemplaires distribués pour cette même période, apprend-on des Numériques.

Le très bien informé Ming Chi Kuo, analyste pour TFI Securities, vient de revoir à la baisse ses prévisions en termes de ventes d’iPhone pour le premier trimestre 2019. Un nouveau coup dur pour Apple.

L’analyste ajoute par ailleurs que ces ventes en baisse ne pourraient pas être compensées par l’actuelle bonne prestation des anciens modèles d’iPhone sur le marché. Et pour cause, si ses derniers ont connu un regain de popularité à l’approche des fêtes (du fait de leur prix nettement plus abordable en comparaison des nouveaux modèles d’Apple, les iPhone Xr, Xs et Xs Max), Broadcom – l’un des sous-traitants d’Apple – indiquait à mi-mot dans ses derniers résultats que ces anciens modèles ne sauraient continuer à se vendre en masse après les fêtes, parlant notamment d’une « baisse saisonnière » des ventes. Privé de ce Joker, Apple subirait de plein fouet le manque d’attractivité de ses nouveaux modèles, proposés à des tarifs prohibitifs.

Apple semble payer au prix fort sa présence limitée sur les marchés à forte croissance

Autre problème pour Apple, sa grande difficulté à s’implanter en profondeur sur les marchés les plus dynamiques. En Chine, le géant de Cupertino subit ainsi de plein fouet la concurrence des marques locales (dont celle de Huawei, qui lui a dernièrement subtilisé sa place de second plus gros vendeur de smartphones au monde) et doit depuis quelques jours se dépatouiller comme il peut face à un Qualcomm bien décidé à faire interdire, sur place, la vente de ses différents iPhone (suite à une sombre affaire de brevet, dont nous vous parlions la semaine dernière).

Autre levier de croissance dont Apple est pour le moins privé : l’Inde. Véritable plaque tournante du marché depuis quelques mois, l’Inde – très orientée vers les smartphones abordables commercialisés par Xiaomi, Huawei et Samsung (entre autres) – demeure un problème quasi insoluble pour Apple, qui continue, année après année, de revoir à la hausse le prix de vente de ses différents produits.

Sur les terres de Gandhi, Apple semble ainsi peiner plus que personne d’autre sur ce marché. On apprenait par exemple en juillet que la firme n’avait même pas réussi à écouler 1 million d’iPhone en Inde sur la totalité du premier semestre 2018.

Mots-clés appleiphone