Clicky

Pour la première fois, Kepler a filmé l’explosion d’une étoile

Kepler a encore frappé. Le télescope spatial est effectivement parvenu à capturer l’explosion d’une étoile et l’immense onde de choc qui en a suivi. Il s’agit d’une grande première et la NASA a pu récupérer de nombreuses informations au passage avant de mettre en ligne une vidéo retraçant tout le phénomène.

Kepler a été lancé dans l’espace en 2009 avant d’être placé en orbite héliocentrique. Sa mission est assez simple puisqu’elle consiste à découvrir des planètes telluriques et d’autres corps en orbite autour des autres étoiles de notre galaxie.

Kepler Supernova

Kepler a encore frappé, et pas à moitié.

Pour mener à bien sa mission, le télescope s’appuie sur son photomètre et il surveille ainsi la brillante de plusieurs dizaines de milliers d’étoiles pour relever tous les obscurcissements.

Le lancement de Kepler remonte à 2009

Ensuite, ses algorithmes analysent leur périodicité pour déterminer ceux qui sont causés par des exoplanètes (et donc par des planètes situées en dehors du système solaire) passant devant leur étoile. Toutes les informations sont alors transmises aux équipes au sol qui peuvent les comparer avec leur propre base de données.

A la base, le lancement de Kepler était prévu pour 2006 mais le début de la mission a été reporté deux fois en raison de contraintes budgétaires. Elle a même failli ne jamais voir le jour mais la NASA a tout fait pour défendre son projet et pour trouver les financements nécessaires.

En 2012, une des roues de réaction utilisée pour le pointage du télescope est tombée en panne. Fort heureusement, l’appareil n’a besoin que de trois roues pour fonctionner. Toutefois, quelques mois plus tard, une autre roue a commencé à montrer des signes de faiblesse et l’agence spatiale américaine a alors fait le choix de suspendre son fonctionnement pendant une dizaine de jours pour tenter de corriger le problème.

Fort heureusement, cette stratégie s’est révélée payante. Si une troisième roue devait rendre l’âme, alors Kepler ne serait plus en mesure d’assurer sa mission.

Mais revenons-en plutôt à l’explosion de cette étoile. Peter Garnavich, professeur d’astrophysique à l’université de Notre Dame dans l’Indiana, a réuni une équipe pour analyser la lumière captée dans plus de 500 galaxies différentes, auprès de 50 milliards d’étoiles, afin de tenter de trouver des supernovas.

Etudier les supernovas permettra aux scientifiques de mieux comprendre l’origine de la vie

Ce qui revenait à chercher une aiguille dans des millions de bottes de foin.

Contre toute attente, les scientifiques sont parvenus à leurs fins et ils ont ainsi capté l’onde de choc de l’explosion de KNS 2011d, une étoile 500 fois plus grande et 20 000 fois plus lumineuse que notre propre Soleil. L’explosion a duré environ 20 minutes, à plus de 1,2 milliard d’années-lumière du télescope, mais Kepler a tout de même réussi à capter le phénomène.

Si Peter Garvanich et son équipe se sont lancés dans cette périlleuse mission, ce n’est pas uniquement pour la beauté du spectacle. En réalité, comme il le dit lui-même, « comprendre la physique de ces événements violents permettra aux scientifiques de mieux comprendre comment les origines de la chimie et de la vie se sont dispersés dans le temps et l’espace ».

La NASA ne compte d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin et l’agence a ainsi décidé de relancer la mission K2, une mission qui vise justement à analyser les supernovas.

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.