Vivaldi, le navigateur web pour les utilisateurs exigeants

Vivaldi a commencé à faire parler de lui au début de l’année dernière mais il a fallu attendre novembre 2015 pour voir apparaître les premières versions stables. Entre temps, Jon von Tetzchner et son équipe n’ont pas relâché leurs efforts et ils viennent même de lancer la première version publique de leur navigateur, une version disponible sur Windows, OS X et Linux.

Jon von Tetzchner n’est pas un inconnu, loin de là. Il a effectivement occupé le poste de PDG chez Opera pendant plusieurs années avant de quitter l’entreprise pour lancer sa propre société.

Vivaldi 1

Vivaldi lance un assistant au premier démarrage.

Comme il le dit lui-même, les principaux navigateurs du marché proposent un peu tous la même chose et ils vont ainsi droit à l’essentiel pour cibler un public aussi large que possible.

Vivaldi cible clairement les power users

Vivaldi, lui, est un peu différent car il offre aux internautes un large choix de fonctions avancées et c’est précisément ce qui le rend aussi séduisant.

Techniquement parlant, le navigateur utilise le moteur de rendu développé par Google, à savoir Blink. Pourquoi avoir fait ce choix ? Tout simplement parce qu’il s’agit du moteur le plus performant du marché, du moins selon Jon von Tetzchner.

Conséquence directe, le butineur sera compatible de ce fait avec la plupart des extensions de Chrome.

L’interface de Vivaldi se rapproche assez de celle des autres navigateurs mais elle est entièrement personnalisable et l’utilisateur pourra placer chaque élément où bon lui semble.

S’il le souhaite, il sera tout à fait en mesure de déplacer les onglets ou la barre d’adresses en bas et il pourra aussi masquer les éléments de son choix ou basculer l’interface en mode nuit en allant fouiner dans les préférences de l’application.

En marge, il trouvera aussi une barre latérale située à gauche. Elle lui donnera un accès direct aux signets, aux téléchargement ou encore à l’outil de notes intégré. Oui, car Vivaldi permet de saisir des notes rapides à n’importe quel moment et il est même possible de les lier à des adresses ou à des captures représentant la page en cours de navigation.

Les étudiants et les chercheurs devraient apprécier.

Vivaldi 2

Le navigateur affiche une barre de raccourcis sur la gauche.

Des notes, des commandes rapides et ainsi de suite

Autre atout et pas des moindres, Vivaldi intègre aussi des commandes rapides avec un tas de raccourcis pour nous faciliter la vie. Il ne sera d’ailleurs pas nécessaire de tous les mémoriser car nous n’aurons qu’à appuyer sur deux touches pour faire apparaître une fenêtre listant les principales combinaisons.

Une fenêtre qui fera aussi remonter les derniers sites visités.

Il faut d’ailleurs savoir que le navigateur supporte en plus les raccourcis gestuels à la souris. Grâce à ce système, l’utilisateur n’aura qu’à maintenir le bouton gauche enfoncé et à bouger son mulot vers la gauche pour revenir à la page précédente.

Ce n’est évidemment qu’un exemple parmi tant d’autres.

Et puis, il y a la gestion des onglets. Là, Vivaldi fait très fort car il nous permettra d’empiler plusieurs onglets les uns sur les autres ou même d’afficher des pages côte à côte, sans avoir besoin d’ouvrir une nouvelle fenêtre.

Tout le monde n’en aura pas forcément l’utilité mais il faut avouer que c’est très pratique… lorsqu’on dispose d’un grand écran.

Vivaldi a donc de nombreuses qualités et il est en plus extrêmement stable alors rien ne vous empêche de le tester pour voir ce qu’il a dans le ventre. Si vous voulez l’installer sur votre bécane, il suffit de vous rendre ici.

Vivaldi 4

Les commandes rapides vous feront gagner un temps précieux.

Vivaldi 3

Avec Vivaldi, il est tout à fait possible de placer deux pages côte à côte.